Des survivantes de la prostitution s’organisent

Depuis plus d’un an maintenant, un réseau de Survivantes de la prostitution est en train de s’auto-organiser en France. Il s’agit pour des prostituées et ex-prostituées de s’entraider pour en sortir. Il s’agit d’un moment important dans le débat sur la prostitution, pour qu’enfin, des femmes concernées directement par cette violence, osent se rassembler et s’exprimer pour demander l’abolition du système prostitueur. Le mouvement s’est fait connaître publiquement à partir de l’automne avec la marche pour l’abolition organisée sur 800 km par l’une de ses porte-parole, Rosen Hicher (1).

arton1780-f8dc5

Voilà qui devrait couper l’herbe sous le pied des organisations pro-prostitution, qui ne cessent de faire du chantage aux féministes abolitionnistes concernant le fait qu’elles refuseraient d’écouter les premières concernées. D’ailleurs, le Syndicat du Travail sexuel (Strass) ne s’y est pas trompé : voyant d’un mauvais œil cette concurrence sur le terrain de la parole légitime sur la prostitution, il a manifesté contre l’auto-organisation des survivantes en déversant du faux sang devant la salle où se tenait la réunion constitutive du réseau le 8 juin 2013, avec le soutien du Mouvement du Nid aux cris de « Clients pénalisés, putes assassinées ». Un slogan hallucinant, quand on sait que les personnes prostituées ont entre 60 et 120 fois plus de risques d’être battues ou assassinées qu’un-e citoye-ne lambda, et qu’elles connaissaient un taux de mortalité 40 fois supérieur à la moyenne nationale (2) et que, nonobstant la violence intrinsèque à l’acte consistant à imposer à quelqu’un un rapport sexuel non désiré, les clients sont avec les proxénètes les principaux vecteurs de cette violence extrême (3).

En tant que communistes ouvriers, nous voyons mal comment ce système, qui repose sur la double oppression capitaliste et patriarcale, pourrait être maintenu dans la société socialiste à laquelle nous aspirons. Dès lors, quoique l’on puisse penser de la revendication consistant à demander la pénalisation des clients, la naissance d’un mouvement des Survivantes est une excellente nouvelle pour la cause féministe.

Merci à elles pour cette initiative et courage pour la suite !

Article publié dans « Communisme-Ouvrier n°50

(1) marchepourlabolition.wordpress.com
(2) fondationscelles.org
(3) Ce que reconnaissent d’ailleurs indirectement certaines associations pro-prostitution, comme l’association lyonnaise Caribia qui a édité un Guide pratique de sécurité pour travailleuses du sexe et prostituées. Les clients apparaissent, au travers des témoignages cités et des conseils donnés, comme les principaux agresseurs.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s