Elle dealait pour payer les cartables de ses filles

Lorsqu’on est une femme, d’autant plus avec un ou plusieurs enfants à charge, sans aucune pension alimentaire et comme tout le monde le sait, payée au lance-pierre quand qu’on arrive à trouver un emploi, on a beau chercher toutes sortes de solutions, quand on n’a plus d’argent, pour parer aux dépenses courantes et pour tenir le mois, il faut faire quelque chose, mais quoi ?

Les services sociaux vous accordent une fois l’an une aide financière pour aider à payer une facture. Sauf que les factures, c’est tous les mois qu’elles arrivent.

Dans une extrême précarité, on a beau tourner en rond, faire preuve de débrouillardise, l’argent n’arrive jamais tout seul. Alors on se dit qu’il ne reste plus que des solutions alternatives, des solutions de survie, harcelée par les créanciers ou la faim, hantée par à la culpabilité de ne pas pouvoir faire mieux pour ses gosses. Alors on fait des « choix de circonstances » parce qu’il n’en existe pas d’autres.

Une mère de famille caennaise est passée à l’acte, faute d’argent, pour financer la rentrée scolaire de ses filles. Et cela s’est plutôt mal passé puisqu’elle a été jugée aujourd’hui par le tribunal correctionnel pour trafic de stupéfiants.

Elle a été condamnée à 4 mois ferme et 24 mois de mise à l’épreuve. Elle n’a bénéficié d’aucune circonstance atténuante, les juges n’ayant pas pris en compte l’injustice salariale ni la violence économique qui broie les plus fragiles, les femmes en particulier. A l’inverse, ils lui ont éhontément prononcé une obligation de travailler ! Si cette mère célibataire avait perçu un salaire décent fruit d’un travail décent, il est fort à parier qu’elle n’aurait jamais vendue de drogues pour s’en sortir. 

La justice n’a que faire de la précarité économique due au chômage, au sous-emploi que vivent des millions de gens. Elle n’est pas là pour être sociale ni pour comprendre. Il ne faut pas vendre de drogue, un point c’est tout. Au suivant.

media_xll_7624012

ouest-france.fr, 26/08/2015

« La rentrée scolaire approchait. Mes filles n’avaient pas de cartable, pas de chaussures adéquates. Il me fallait de l’argent. » Debout dans le box vitré du nouveau palais de justice de Caen, dans le Calvados, la Caennaise de 36 ans raconte les événements qui l’ont conduite devant le tribunal correctionnel, mercredi.

Un soir d’août, elle est abordée par Momo, une connaissance, dans une boîte de nuit. Il lui propose de le rejoindre chez lui, à Rouen, pour s’approvisionner en drogue et la revendre à Caen. Sans emploi depuis plusieurs années, mère de deux jeunes filles, sans aide financière de son ex-compagnon incarcéré, elle se laisse convaincre.

Arrêtée sur l’A13

Sur le chemin du retour, le 21 août, elle est arrêtée par la douane au péage de Beuzeville (Eure), sur l’A13. Une boîte à tabac renferme 154 g d’héroïne et 12 g de cocaïne, pour une valeur de 8 000 € sur le marché. « Deux drogues dures », remarque la présidente du tribunal, Pascale Viaud, avant de questionner la prévenue sur sa consommation personnelle. « Deux ou trois traces d’héroïne par semaine, de la cocaïne une fois par mois, et un joint occasionnellement », détaille la mère de famille.

« Elle connaît les affres et le coût d’une consommation, et elle s’apprêtait à son tour à tendre un piège à d’autres consommateurs », constate Gauthier Poupeau. Le procureur de la République qui s’est étonné que la prévenue ait succombé à un tel trafic après avoir décroché un stage dans une entreprise de téléconseil. Il requiert un an de prison avec maintien en détention.

« Elle s’est laissée embarquer dans plus gros qu’elle ne pensait »,plaide Me Sandrine Chemla, tout en pointant les efforts consentis par sa cliente pour améliorer sa situation.

Le tribunal a condamné la mère de famille à un an d’emprisonnement dont huit mois avec sursis avec mise à l’épreuve sur 24 mois.

Elle a notamment obligation de travailler et de se soigner.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s