Campagne nationale 2015 pour l’abandon de l’excision à Conakry

Vendredi, 04 septembre, le Ministère de l’Action Sociale, de la Promotion Féminine et de l’Enfance de Guinée, a procédé au lancement officiel de la Campagne nationale 2015 pour l’abandon des Mutilations Génitales Féminines (MGF). 

La pratique de l’excision est répandue dans toutes les régions et dans toutes les ethnies indépendamment de l’appartenance religieuse, géographique et sociale.

Vingt cinq communes rurales de la région administrative de Kankan ont déjà déclaré l’abandon des mutilations génitales féminines.

Pour ces jeunes filles, c’est l’espoir de disposer de leur intégrité physique et de pouvoir transmettre aux nouvelles générations, que les « traditions » séculaires perpétrées par leurs aînées, sont révolues. 

6 septembre 2015

6 septembre 2015

guinee7.com, 6 septembre 2015

Lancement vendredi à Conakry de la Campagne nationale 2015 pour l’abandon de l’excision

Le Ministère de l’Action Sociale, de la Promotion Féminine et de l’Enfance (MASPE) de la République de Guinée, en collaboration avec ses partenaires, a procédé, vendredi, 04 septembre 2015, au Palais du peuple, au lancement officiel de la Campagne nationale 2015 pour l’abandon des Mutilations Génitales Féminines (MGF) sous le signe ‘’Des vacances sans Excisions’’.

Il s’agit d’une campagne de mobilisation sociale et de plaidoyer en vue de vaincre les réticences liées à l’abandon de cette pratique néfaste à la santé des femmes et de filles observée pendant les grandes vacances en Guinée. Aussi, de procéder à une large sensibilisation des décideurs et populations à tous les niveaux, face au danger qu’entraine la pratique de l’excision chez la femme.

A cette occasion, le conseiller politique à l’Ambassade des Etats Unis d’Amérique en Guinée, M. Regis Prevot a indiqué, que «la population guinéenne doit être largement informée que l’abandon de l’excision n’a pas été imposé par l’extérieur et que le combat nécessite l’implication de tout le monde».

Pour M. Prevot, la pratique de l’excision doit être interdite par une loi de l’Assemblée Nationale, afin de permettre aux juridictions guinéennes de poursuivre et de punir toute personne reconnue coupable de cette pratique.

Le représentant par intérim du Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA) en Guinée, Cissé Aboubacar a fait savoir, qu’«en dépit des avancées significatives enregistrées dans la lutte contre ce fléau, la situation des MGF en Guinée reste préoccupante, avec un taux moyen de prévalence de 97% chez les filles/femmes de 15 à 49 ans».

Selon lui, en Guinée, 31% des cas d’excision sont pratiqués par un professionnel de la Santé, dont la majorité est constituée de sages-femmes.

Face à ce constat de l’UNFPA, le ministre guinéen de la Santé, médecin colonel Rémy Lamah a annoncé un certain nombre de mesures prises par son département pour freiner cette pratique dans les structures sanitaires du pays, dont entre autres, la sensibilisation du personnel médical, notamment les infirmières et les sages-femmes, la radiation des effectifs de la Fonction Publique et la poursuite de tout agent pris en flagrant délit.

La ministre de l’Action Sociale, de la Promotion Féminine et de l’Enfance, Sanaba Kaba a, pour sa part affirmé, que «la pratique de l’excision est répandue dans toutes les Régions et dans toutes les ethnies indépendamment de l’appartenance religieuse, géographique et Sociale».

«La réalisation de cette campagne sous le sceau de messages uniformes permettra d’aborder sans doute les enjeux, notamment culturels, sur le sujet et d’insister sur l’importance de la préservation de l’intégrité physique de la jeune fille. Ainsi, tout au long de la campagne, il sera organisé par le Ministère et ses partenaires, des actions de plaidoyer, de sensibilisation et de mobilisation des communautés sur les questions des MGF, des ateliers de renforcement des capacités des acteurs sectoriels et la production d’émissions publiques sur les femmes et les jeunes filles», a précisé Sanaba  Kaba.

En présidant cette cérémonie de lancement, le ministre d’Etat, ministre de la Justice, Garde des Sceaux, Me Cheick Sako a réitéré l’engagement du gouvernement guinéen, à inscrire la lutte contre les MGF dans ses priorités à travers l’application des lois existantes en la matière et la modification du Code de la famille pour mieux protéger les femmes et les filles contre toutes formes de violences exercées sur elles, y compris l’excision.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s