2 activistes Femen ont interrompu le discours de l’islamiste Nada Abou Anas au « Salon de la femme » à Pontoise

Deux activistes FEMEN ont d’interrompu le discours de l’islamiste Nada Abou Anas au « Salon de la femme musulmane » à Pontoise.

FEMEN appelle à une opposition massive face à la montée de ces intégrismes femmophobes et à une réponse ferme de la part de nos institutions.

La femmophobie est illégale. Le sexisme est un racisme. L’esclavage moderne est un crime.

Les deux activistes (elle-mêmes issues de familles musulmanes) ont ainsi porté la voix de centaines de femmes, de féministes et d’associations, complètement écoeurées par ce déferlement public de haine.

« Il était de notre devoir d’interrompre cet événement pro-esclavage, et de faire entendre le cri de la liberté au milieu de leurs leçons de soumission ».

VIDEO. Des Femen violemment expulsées d’un salon de la femme musulmane

11986453_503259483184268_5236307126130100042_n

Les FEMEN et d’autres militantes des droits des femmes sont actuellement insultées, menacées de viols, de mort sur les réseaux sociaux. Certains demandent que les FEMEN soient assassinées par Daesh comme les dessinateurs de Charlie ! 

Encore une fois, elles ont osé s’opposer à l’extrémisme pour défendre nos droits à toutes. Nous devons à notre tour les soutenir et soutenir toutes celles qui seraient menacées par les intervenants et les militants de ce « Salon de LA femme » de Pontoise.

Le compte qui recense tous les tweets de menaces contre les FEMEN qui ont été signalés : ChAPeam

Si vous êtes menacées-s, il faut absolument déposer plainte ici : internet-signalement.gouv.fr

12011339_1677472149156439_3523821227724584902_n

 

FEMEN France, 12/09/2015

La Foire de l’Oppression des Femmes ouvre aujourd’hui ses portes dans le Val d’Oise

Au salon musulman au féminin on vous apprend, entre autre réjouissances, à être docile et silencieuse, à servir avec abnégation votre mari, à ne jamais répondre, à accepter le viol conjugal, à devenir le chien, l’âne ou la moitié d’homme décrite dans le Coran, à être un objet pratique mais jamais pensant, à renoncer à son statut d’être humain, bref, à disparaitre.

7000 mètres carrés dédiés à l’asservissement de la femme, un grand forum du « sois soumise et tais toi » rythmé par des ateliers pour apprendre à cuisiner, à s’habiller (ou disons à se couvrir), à se tenir dignement, et à obéir à son père, frère ou mari en toute circonstances, et des conférences animées par la pire engeance islamiste de France, qui diffuse impunément ses appels au viol, à la discrimination et à l’esclavagisme moderne. Des imams cependant assez conscients du caractère criminel de leurs prêches pour les dissimuler aux médias, qui se sont vus refuser toute accréditation…

Deux activistes FEMEN sont venues aujourd’hui gâcher la grande fête du marché aux esclaves pour dénoncer cette femmophobie -sans amalgames. Nos djihadistes topless sont apparues à la tribune devant Nader Abou Anas et Mehdi Kebir, les disciples misogynes d’Allah, pour crier haut et fort « Personne ne me soumet, personne ne me possède, je suis mon propre prophète! ». Les deux activistes (elle-mêmes issues de familles musulmanes) ont ainsi porté la voix de centaines de femmes, de féministes et d’associations, complètement écoeurées par ce déferlement public de haine. Il était de notre devoir d’interrompre cet évènement pro-esclavage, et de faire entendre le cri de la liberté au milieu de leurs leçons de soumission.

FEMEN appelle à une opposition massive face à la montée de ces intégrismes femmophobes et à une réponse ferme de la part de nos institutions.

La femmophobie est illégale.

Le sexisme est un racisme.

L’esclavage moderne est un crime.

Condamnons-les ensemble, et rappelons-leur sans jamais faiblir :

Personne ne me soumet, personne ne me possède, je suis mon propre prophète !

11223804_1032175523468612_7050735030421544738_n
Women Oppression Fair opens its door today in the surroundings of Paris

At the muslim women fair you will be learned, among other pleasant things, to be obedient and quiet, to serve your husband without discussing, to never answer, to accept marital rape, to become the dog, the donkey or the half man describe in Coran, to be an object that is practical but never thinking, to give up your status of human being, long stories short : to disappear.

7000 meters square dedicated to enslavement of woman, a huge forum of “be submitted and stay quiet” cadenced by workshops to learn how to cook, dress (or let’s say of covering yourself), to stand with “dignity”, and to obey your father, brother, husband in all circumstances, and conferences held by the worse possible islamist clan, which is diffusing with impunity its call to rape, to discrimination, and to modern slavery. Imams who are whatsoever aware of the criminal character of their preach enough to hide it to medias who where all refused any kind of accreditation…

Two FEMEN activists came today to crash the big slavery fair party and to denounce this womanophobia – with no amalgam. Our topless djihadists appeared on stage in front of Nader Abou Anas and Mehdi Kebir, misogynists disciples of Allah, to scream loud and clear : “No one can enslave me, no one can possess me, I am my own prophet!”. The two activists (both coming from muslim families) rised their voices of hundreds of women, feminists, and associations, all disgusted by this public hate speeches. It was our duty to interrupt this enslavement event, and to let a scream of freedom be heard in the middle of their submission lessons.

FEMEN is calling to a mass opposition against the uprising of those womanophobe integrisms and to a strong answer from our institutions

Womanophobia is illegal.

Sexism is a kind of racism.

Modern slavery is a crime.

Let’s condemn them together, and let’s remind them without ever loosing any once of strength :

No one can enslave me, no one can possess me, I am my own prophet !

La vidéo est édifiante : on y décèle de la panique, des hurlements, une violente expulsion des 2 Femen dans ce salon qui prétend mettre LA femme à l’honneur !

La feria de la opresión femenina se da cita en París

La feria de las mujeres musulmanas te enseña, además de otras placenteras prácticas, a permanecer callada y obediente, a servir a tu marido sin discutir, a no responder jamás, a aceptar la violación conyugal, a convertirte en el perro, el asno o el medio hombre que describe el Corán. A convertirte en un objeto que en la práctica no debe pensar, que debe renunciar a su status de ser humano, resumiendo: te enseñan a desaparecer.

7000 metros cuadrados dedicados a la esclavitud de las mujeres, un gran foro donde a través de talleres se desarrolla “la sumisión y el silencio”, cómo cocinar, cómo vestir (o digamos, cómo cubrirte adecuadamente), cómo comportarse con dignidad, obedecer a tu padre, tu hermano y tu marido en cualquier circunstancia. Conferencias donde los sectores islamitas difunden con total impunidad sus ideas que llaman a la violación, la discriminación y a la esclavitud moderna. Los imanes que se encuentran tras estos eventos han de ser considerados como criminales que para esconder su verdadero mensaje han rechazado la acreditación de numerosos medios de comunicación.

Dos activistas de FEMEN han acudido hoy para interrumpir esta gran feria del esclavismo, donde la feminifobia. Nuestras dos jihadis topless aparecieron en escena frente a Nader Abou Anas y Mehdi Kebir, dos representantes de la misoginia en nombre de Alá, para gritar: “Nadie puede oprimirme, nadie puede poseerme, yo soy mi propia profeta”. Las dos activistas, ambas procedentes de familias musulmanas, elevaron sus voces y a la vez la de otras mujeres, feministas, asociaciones y todas aquellas personas que se posicionan en contra de este integrismo anti mujeres.
Era nuestra responsabilidad lanzar este grito sobre la libertad en medio de este discurso de odio.

FEMEN llama a la oposición masiva a estos eventos feminióbicos integristas, y reclama una respuesta por parte de las instituciones que las permiten.

La feminifobiaes ilegal !

El sexismo es un tipo de racismo.

La esclavitud moderna un crimen.

Condenemos juntas/os estos actos, y recordemosles una vez más :

Nadie puede oprimirme, nadie puede poseerme, yo soy mi propia profeta !

11225450_10153697742738938_1141604011937370553_n

Mise à jour le 13/09/2015 :

Je suis mon propre prophète!

3 7 2 1 5 4 6 8

Elles ont très vite été stoppées par le service d’ordre du salon :

Et interpellées 10 minutes plus tard par la police :

Un homme qui filmait les FEMEN a été violemment pris à partie par le service de sécurité et quelques individus qui ont exigé qu’il efface ses photos et vidéos.

Publicités

Une réflexion sur “2 activistes Femen ont interrompu le discours de l’islamiste Nada Abou Anas au « Salon de la femme » à Pontoise

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s