Les dons aux assos caritatives viennent majoritairement des femmes peu diplômées

#Générosité

En résumé, ce sont des connes qui donnent, quoi ! ^^ Des femmes, des pauvres et des pas instruites. Non, non, ce sont des femmes généreuses, nous dit l’article.

Quand on vit à peu de chose près, la même merde que son voisin qui lui est rendu juste un peu plus loin, sans logement et crève la dalle, on a plus tendance à être touchée par sa souffrance que lorsqu’on est dans une situation plus confortable, pour partager le peu qu’on a avec lui. C’est l’effet miroir de sa propre vie, de ses propres angoisses, de se retrouver un jour dans la même situation que lui, c’est à dire, l’histoire du premier concerné par la situation seul apte à comprendre et donc qui donne comme pour mieux conjurer le sort. 

Les femmes les moins diplômées sont forcément davantage confrontées au chômage, aux contrats partiels ou au RSA, donc des femmes plus enclin à se retrouver dans une grande précarité que celles qui ont fait de longues études. Leurs parcours de précaires les ont davantage confronté aux aides sociales, médicales.. et donc, confronté à un relationnel de proximité lui aussi précaire (milieu social, zones géographique, habitat social, …) avec lequel elles ont l’habitude de tisser des liens et de partager ce qu’elles ont, pour paradoxalement, se sentir un peu plus riche que leur voisin.

Ensuite, nous avons ce satané défaut féminin qui est de ne pas savoir ou oser dire non, s’imposer pour s’opposer, mais tout accepter quitte à se mettre soi-même dans la merde pour aider les autres. C’est toujours moins compliqué que de dire, « désolée je suis comme vous, je ne peux rien vous donner ».

Enfin, donner, c’est aussi prendre soin de l’autre, une activité forcément féminine.. 

Peut-on réellement appeler cela, de la #Générosité ?.. Ou du conditionnement… ?! Dont ne se reconnaissent pas les autres classes sociales.

Des bénévoles récoltent des denrées alimentaires données par des clients à la sortie d'un magasin, à Marseille, lors de la 27e campagne de collecte nationale de la banque alimentaire destinée à lutter contre la faim en France. ANNE-CHRISTINE POUJOULAT/AFP

Des bénévoles récoltent des denrées alimentaires données par des clients à la sortie d’un magasin, à Marseille, lors de la 27e campagne de collecte nationale de la banque alimentaire destinée à lutter contre la faim en France. ANNE-CHRISTINE POUJOULAT/AFP

la-croix.com, 11/10/2015

Dans son baromètre annuel, France générosités esquisse le portrait-robot des français qui font des dons aux associations caritatives.

La majorité est constituée de femmes ayant arrêté leurs études avant le bac.

Qui donne en France ? Pour répondre à cette question, France générosités, syndicat qui regroupe 85 organismes bénéficiant de dons, mène chaque année une enquête auprès de la population. L’édition 2015 de ce baromètre, publiée début octobre, révèle ainsi que 54 % des donateurs sont des femmes.

UN QUART DES DONATEURS ONT PLUS DE 65 ANS

La plupart des personnes qui mettent la main au porte-monnaie pour aider les organisations caritatives (54 %) ont entre 35 et 64 ans. Les plus de 65 ans, eux, représentent près du quart (24 %) des donateurs. Le baromètre révèle aussi que 58 % de ceux qui donnent ont arrêté leurs études avant l’obtention du baccalauréat. Seuls 18 % ont atteint un niveau Bac + 1 ou + 2 et 24 % ont poursuivi leur scolarité au-delà.

En outre, la générosité n’est généralement pas l’affaire d’une seule fois. Dans 93 % des cas, un don est effectué par une personne ayant déjà soutenu financièrement une association ou une fondation par le passé. Et ce malgré la crise. Plus de six donateurs sur dix (62 %) disent en effet avoir maintenu le montant de leurs dons en dépit de la mauvaise conjoncture économique.

LA PROTECTION DE L’ENFANCE, CAUSE PRIVILÉGIÉE

Les Français sont prompts à soutenir les organismes qui luttent pour la protection de l’enfance (38 % des dons) et contre l’exclusion (31 %). Viennent ensuite les associations pour la recherche médicale, qui s’engagent auprès des personnes âgées, handicapées, ou pour la défense des droits de l’Homme.

Pour encourager la population à mettre la main à la poche, France générosités rappelle en outre qu’être généreux est bénéfique. S’appuyant sur diverses études, le syndicat assure que donner « soulage la douleur », permet de « lutter contre le stress » et fait même… « se sentir plus riche ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s