Hôpital de Purpan : mobilisation pour la prise en charge des IVG

Rassemblement jeudi dernier à l’appel de la Cgt pour stopper la restructuration du service gynécologie de Purpan (quartier de Toulouse) qui se traduirait de fait par la remise en cause du droit à l’IVG. 

Au final, c’est toujours le parcours du combattant pour les femmes qui veulent avorter et qui font les frais des choix économiques des directions.

Qu’un syndicat se mobilise pour l’IVG au delà des revendications contre les licenciements ou pour des hausses de salaires, ça mérite d’être salué ! 

Photo DDM Nathalie Saint-Affre

Photo DDM Nathalie Saint-Affre

ladepeche.fr, 30/10/2015

Après le service néphrologie/transplantation à Rangueil en début de semaine, le personnel de gynécologie de l’hôpital Paule de Viguier (Purpan) était à son tour en grève hier. Là encore, la restructuration du service passe mal. La CGT évoque une diminution d’effectifs de 50 % pour une baisse moindre du nombre de lits (de 21 à 15 lits en semaine dont 3 d’orthogénie pour la prise en charge des IVG, interruption volontaire de grossesse). Le personnel acquiesce. «Nous avons moins d’IVG chirurgicales dans le service avec le développement de l’ambulatoire mais, pour une meilleure gestion des lits on nous demande de remplir des cases. Il nous est impossible de tenir compte des besoins de la patiente », témoignent les grévistes. Sur la charge de travail et la souffrance des équipes, le comité hygiène et sécurité au travail (CHSCT) a demandé une expertise. Pour la direction du CHU, l’accès à l’IVG n’est pas remis en cause. «A Paule de Viguier, les IVG sont essentiellement prises en charge dans l’unité de chirurgie ambulatoire ou en hospitalisation de jour, unités qui ne sont pas concernées par la réorganisation. Les moyens en termes d’équipes médicales et soignantes n’ont pas été modifiés.» explique le Professeur Olivier Parant, chef du service gynécologie/obstétrique.

Devant l’hôpital, une militante du planning familial conclut, lapidaire : «Restructuration, réorganisation… Au final c’est toujours le parcours du combattant pour les femmes qui veulent avorter ».

A Toulouse un peu plus de 4000 avortements sont réalisés chaque année dont la moitié sur les sites du CHU et de l’hôpital Ducuing lequel abrite la plateforme téléphonique régionale (0800 801 070).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s