Le rapport Elsevier alerte sur la place des femmes dans la recherche scientifique

A Budapest se tient en ce moment, le Forum mondial de la science.

Le rapport Elsevier est une étude réalisée en Allemagne qui propose plusieurs pistes pour améliorer la visibilité des femmes dans la recherche.

Les femmes restent moins crédibles malgré de meilleurs résultats scolaires et leurs recherches ne sont toujours pas prises au sérieux parce qu’elles sont cantonnées à des domaines jugés moins nobles (santé, famille, enfant, femmes, nourrisson, grossesse…). Certains collègues vont jusqu’à leur conseiller de signer avec un nom masculin pour que leurs travaux soient consultés..!

Reste à savoir si l’augmentation du nombre des femmes dans la recherche scientifique, produira un changement dans la hiérarchie des disciplines, ou si cette augmentation ne servira qu’à poursuivre le même ordre des choses : à la femme la biologie, aux hommes la physique.

Si on veut que les choses changent, il ne faut pas absorber le discours dominant qui accorde plus de prestige à travailler sur le sida qu’en diététique, sur les gènes que sur l’alimentation. Car toutes les recherches scientifiques ont leur importance sur la vie de millions de gens. Alors qu’aucun domaine de recherche n’est destiné à un sexe en particulier. D’ailleurs, c’est génétiquement prouvé ! Qu’on se le dise une fois pour toutes et qu’on l’applique à l’avenir. 

Association Femmes & Sciences

image

sciencesetavenir.fr, 5/11/2015

Un Forum mondial de la science (WSF) ? Oui, mais avec qui ? A Budapest, où se retrouvent du 4 au 7 novembre 2015 un millier de scientifiques et de spécialistes de politique scientifique, la question de la place des femmes dans la recherche ne pouvait pas ne pas se poser. C’est la sortie ce jeudi 5 novembre d’un rapport Elsevier (1) (l’un des plus puissants éditeurs scientifiques) sur la situation en Allemagne qui donne le tempo.

Petit rappel de chiffres globaux :

en 2009, dans les 27 pays de l’Union européenne, les femmes constituaient une minorité de 33%. Et quant ont été examinés, plus récemment, les pourcentages chez les étudiants, on a vu que les chiffres s’inversaient : en 2010, 55% sont des… étudiantes et 59% quand on passe aux diplômées (niveau licence).

En Allemagne, on recense seulement 15,3% de chercheuses en informatique

Comment la situation va-t-elle évoluer demain ? Y aura-t-il plus de maîtresses de conférence ou de professeures dans les universités ? De directrices de recherche ou de laboratoire qu’aujourd’hui ? Et dans quels domaines ? 

La situation, tout particulièrement dans cette étude qui cible l’Allemagne, semble souvent caricaturale. Ainsi, en 2014, même si le nombre de chercheuses augmente (2), on ne retrouve que 15,3% de chercheuses en informatique mais 56,6% dans le domaine… vétérinaire. Seulement 16,2 % en mathématiques contre 54,2% en psychologie. On pourrait multiplier les exemples, mais ce sont les leçons et les questions que pose le rapport qui sont vraiment intéressantes à examiner aujourd’hui.

On constate ainsi que l’impact des publications des femmes est moins fort que celui des hommes en général.

Suggestion est donc faite : que « soient stimulées les collaborations entre les chercheuses et des partenaires ayant une recherche forte (donc reconnue, ndlr), qui conduise à des publications ayant un impact plus puissant ».

Autre remarque : que les systèmes de financement ne négligent pas certains sujets suggérés par des femmes ou sur lesquels elles insistent. Ainsi, dans le domaine « biochimie, génétique, biologie moléculaire », on voit que les thématiques ayant pour mots-clés « famille », « enfant », « femmes », « nourrisson », « grossesse », reviennent beaucoup plus dans leurs préoccupations… Un équilibre entre hommes et femmes dans les équipes pourrait, à terme, orienter les thèmes même de recherche.

Mais des questions demeurent : « Comment se fait-il que les chercheuses tendent à être plus productives dans les domaines de recherche où les hommes sont prédominants que dans ceux où le rapport homme-femme est équilibré. Est-ce que cela a à voir avec le fait qu’elles se concentrent sur les même sujets que les hommes ? »

Autre question que le rapport pose en conclusion : « Pourquoi les publications mixtes sont-elles plus interdisciplinaires ? »

1 ) « Mapping gender in the german research arena », Elsevier analytical services.
2) Elles étaient 54.742 en 2014 contre 43.278 en 2010, soit une augmentation de 25%, celle des hommes étant de 9,8% seulement (122.593 contre 11.605).
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s