Les américains sont plus enclins à prendre des congés pour leur fils que leur fille

Prendre un congé parental n’est pas une évidence pour un homme. Les américains ne coupent pas à la règle.

Pour tenter d’y remédier, la Californie a voté en 2004 une loi ouvrant le droit à un congé parental payé. Un institut américain indépendant a mené une étude pour évaluer les changements impliqués par cette réforme.

Les résultats sont peu encourageants (je ne prends pas beaucoup de risques en supposant qu’en France ou ailleurs, ce soit pareil). 

Si deux fois plus de femmes choisissent de cesser de travailler après la naissance, les hommes sont 46% plus nombreux à saisir l’occasion. En 2013, ils représentaient 30 % des congés parentaux contre 19,6 % en 2005. Seulement, il s’ajoute une condition pas négligeable à cette embellie. 

50 % des hommes sont plus enclins à prendre un congé parental pour s’occuper d’un fils que d’une fille. Les congés communs ont augmenté de 58 % pour les couples ayant un garçon mais rien n’a changé pour les parents de filles.

« D’abord, il se pourrait que les pères considèrent plus utile de passer du temps avec leur fils qu’avec leur fille. Ensuite, il se peut que les parents considèrent que le temps paternel passé à s’occuper des garçons est relativement plus productif que celui consacré aux filles. »

Donc on aura beau pointer du doigt l’école qui scinde les activités en fonction du sexe de l’enfant, il n’en demeure pas moins que l’importance accordée aux garçons au détriment des filles, commence dès le berceau et ceci, dans le cocon familial..

En 2013, les effets de l'instauration de congés payés étaient 50 % plus marqués chez les pères ayant un fils que chez ceux ayant une petite fille. (CC Shane Adams/ Flickr)

En 2013, les effets de l’instauration de congés payés étaient 50 % plus marqués chez les pères ayant un fils que chez ceux ayant une petite fille. (CC Shane Adams/ Flickr)

bigbrowser.blog.lemonde.fr, 

On savait déjà que les pères prennent largement moins de congés parentaux que les mères. En France par exemple, en 2014, les femmes représentaient 96% des congés après l’accouchement et le gouvernement s’efforçait d’encourager les pères, qui ont obtenu ce droit en 2002, à en prendre leur part. Aux Etats-Unis la problématique est différente : il est assez peu courant de prendre des congés parentaux, que ce soit pour les hommes ou pour les femmes. La décision de Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook, de prendre deux mois de congés pour la naissance de sa fille, et d’élargir ce droit à tous les employés de la firme, a d’ailleurs été très discutée. Prendre un congé parental n’est pas une évidence pour un américain. Pour tenter de remédier à cet état de fait, la Californie a voté en 2004 une loi ouvrant le droit à un congé parental payé.

Le Bureau national de recherche économique (NBER), un institut américain indépendant, a mené une étude pour évaluer les changements impliqués par cette réforme, comme le relève le site d’information Quartz. Il en ressort sans surprise que l’introduction de ce congé rémunéré a un effet probant : deux fois plus de femmes choisissent de cesser de travailler pour s’occuper de leur bébé après la naissance, et les hommes sont 46% plus nombreux à saisir l’occasion. Et la part des hommes s’occupant des nouveau-nés augmente également : en 2013, les pères représentaient 30 % des congés parentaux, contre seulement 19,6 % en 2005.

Influence du milieu professionnel 

Mais un point encore plus saillant ressort de l’étude. Les effets de l’instauration de congés payés étaient 50 % plus marqués chez les pères ayant un fils que chez ceux ayant une petite fille. Sur les hommes mariés à des femmes actives, la législation n’a eu aucun effet. La tendance se remarque aussi pour les congés pris par les deux parents simultanément : les congés communs ont augmenté de 58 % pour les couples ayant un garçon mais rien n’a changé pour les parents de petites filles.

L’étude propose des interprétations peu encourageantes :

« D’abord, il se pourrait que les pères considèrent plus utile de passer du temps avec leur fils qu’avec leur fille. Ensuite, il se peut que les parents considèrent que le temps paternel passé à s’occuper des garçons est relativement plus productif que celui consacré aux filles. »

Autre étude, autre observation. Les recherches de Maya Rossin-Slater, de l’université de Californie de Santa Barbara, tendent à prouver que les hommes qui travaillent avec beaucoup de femmes sont plus à même d’utiliser leur droit. Dans un univers professionnel féminin, le fait de prendre des congés parentaux serait plus courant et donc banalisé.

Mais tout n’est pas qu’une question de genre. L’étude du NBER montre aussi que les pères ont également plus tendance à prendre des congés pour s’occuper de leur premier enfant qu’avec les suivants. Mais là encore, il y a une différence : on n’observe pas ce phénomène chez les mamans.

Publicités

Une réflexion sur “Les américains sont plus enclins à prendre des congés pour leur fils que leur fille

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s