Taxe tampon : le compte n’y est pas

Le quotidien a mené une enquête dans plusieurs enseignes de la grande distribution et affirme que les prix n’ont pas diminué comme il aurait fallu.. et qu’il est difficile de faire pression sur les grandes surfaces :

Leclerc éhontément : « les changements ont été intégrés dans les caisses. Si ce n’est pas le cas alors c’est une erreur informatique » 

Casino évoque « le pont du 1er janvier »

Et bien oui, les multinationales de notre société de profits ne vont pas non plus distribuer gratuitement des tampons.

Dans le lot, quand même 1 bon élève :

Carrefour revendique avoir « répercuté intégralement la baisse dès le 2 janvier » — ce qu’atteste effectivement le relevé de prix. Reste à voir si cela est généralisé dans tous les Carrefour.

Mais il est à craindre que la baisse du taux de TVA sur les protections hygiéniques ne soit que pure théorie dans une majorité d’enseignes (-> cf. égalité salariale). Continuons à faire payer les moins payées.

Des femmes manifestent contre la taxe tampon à Paris le 11 novembre 2015 (AFP/JACQUES DEMARTHON)

Des femmes manifestent contre la taxe tampon à Paris le 11 novembre 2015 (AFP/JACQUES DEMARTHON)

La TVA sur les produits d’hygiène féminine a baissé au 1er janvier. Selon les relevés de prix que nous avons effectués, la facture a baissé, mais pas autant qu’attendu.

Par ici la monnaie… Les femmes françaises pourraient aujourd’hui, légitimement, adresser ce message à la grande distribution et aux industriels. Car ces consommatrices ne profitent pas autant que prévu de la baisse de la TVA sur les protections périodiques. Jusqu’ici imposés à hauteur de 20 %, les tampons et les serviettes profitent, depuis le 1er janvier, d’un taux réduit de TVA à 5,5 %. Théoriquement, dans les rayons, les étiquettes auraient dû afficher des réductions de 14,5 % sur les prix de vente.

La réalité est loin d’être aussi rose. Réalisés par « le Parisien » – « Aujourd’hui en France » dans plusieurs magasins d’Ile-de-France et sur les sites Internet de grands noms de la distribution (Carrefour, Leclerc, etc.), des relevés de prix le prouvent : les prix baissent au mieux de 10 à 12 %. Mais le repli n’atteint quasiment jamais les 14,5 % attendus.

Plus grave, dans de nombreux magasins, la réduction n’est souvent que cosmétique. Pis, certains magasins n’ont toujours pas fait l’effort de mettre à jour leurs tarifs. La faute, selon eux, à un manque d’instructions de la part de l’administration fiscale… Sollicité, Bercy est pourtant très clair : la baisse de la TVA est applicable depuis le Jour de l’An.

Ces chiffres risquent de faire polémique. Car, échaudés par le fiasco de la baisse de la TVA dans la restauration, les députés ont longtemps hésité avant d’adopter cette baisse de la fiscalité. Nombre d’entre eux doutaient de l’impact sur le pouvoir d’achat des femmes.

Le changement de la fiscalité a finalement été voté après une intense mobilisation d’associations féministes. Et plus particulièrement du collectif Georgette Sand, qui avait rebaptisé ce taux de TVA de 20 % « taxe tampon ».

5429035_taxe-tampon

Des enseignes embarrassées

Tâtonnements et réponses souvent confuses, hier, des enseignes de la grande distribution interrogées sur les répercussions très variables de la baisse de la TVA sur les protections hygiéniques. Chez Leclerc, où les taux varient d’un produit à l’autre à Clichy (Hauts-de-Seine), le directeur du magasin assure, un peu surpris, que « les changements ont été intégrés dans les caisses. Si ce n’est pas le cas alors c’est une erreur informatique ». Puis une porte-parole nationale de l’enseigne tempère, laconique, sans donner de date précise d’application : « La baisse sera bien répercutée pour l’ensemble des produits. »

Casino évoque « le pont du 1er janvier » qui n’a pas facilité la tâche tout en affirmant que le changement de prix est « en cours ». Le bon élève, Carrefour, revendique avoir « répercuté intégralement la baisse dès le 2 janvier » — ce qu’atteste notre relevé de prix.

Très pointilleux, System U revendique avoir baissé ses prix le 4 janvier et confie cette information surprenante : « Sauf pour les protège-slips où le retour du ministère n’a eu lieu que le 24 décembre, après les serviettes et les tampons. »

D’ailleurs, en général, les enseignes mettent en cause les lenteurs du ministère de l’Economie qui tarde à communiquer « l’instruction fiscale » précisant la liste des produits concernés. Contactés, les industriels restent muets.

Publicités

2 réflexions sur “Taxe tampon : le compte n’y est pas

  1. Finalement, la coupe menstruelle est peut-être la meilleure solution pour nous ! Plus économique, plus écologique, plus respectueuse de la santé… Essayez la ! Pour ma part, pas de retour en arrière…

    J'aime

    • Systématiquement lorsqu’on parle de la « taxe tampon », des protections hygiéniques.., on nous fait cette remarque la cup. À chaque fois, on nous dit, prenez des cups.
      Toutes les femmes ayant leurs règles n’ont pas forcément envie de prendre une cup pour un tas de raisons ou même sans raisons. Et elles sont libres de choisir la protection qu’elles veulent, qu’elle soit gratuite ou payante. Mais notre combat de féministe va bien au delà.
      Si chacune fait effectivement ce qu’elle veut en fonction de ce qu’elle préfère, le problème est qu’on ne viendra pas à bout de la société de profit avec un cup (le capitalisme qui donne aux femmes une place secondaire, soutenu par son allier le patriarcat). On contourne le problème sans l’affronter. Il est là le combat. Outre le fait d’utiliser ce qu’on veut, la question économique est une question centrale dans le combat pour l’égalité/l’équité femmes-hommes. Nos revendications ne doivent pas contourner la question économique en proposant des cups, mais la combattre de front (produits, services plus chers malgré les bas salaires tjrs < à ceux des hommes).

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s