Vauvert : chrétiennes et musulmanes refusent d’être ennemies

La religion n’est pas franchement ma tasse de thé, mais je salue l’initiative :

Des femmes musulmanes et chrétiennes d’un quartier de Vauvert (Gard) ont décidé de ne pas vivre les unes en face des autres en se méprisant. Au contraire, elles se rencontrent régulièrement pour échanger sur leur quotidien ou sortir ensemble :

 « Moi j’ai pas envie de partager le thé ou le café toujours avec Fatima ou Rachida, non, j’ai envie qu’il y ait Françoise et Karine et Josiane, qu’on soit mélangées ! » (Fatna)

Même si les divergences ne vont pas disparaître du jour au lendemain, même si nous n’avons pas à être d’accord sur tout, nous devons montrer que nous ne serons pas l’ennemie de quelqu’un que nous n’avons jamais rencontré, juste à cause de son ethnie ou de sa religion. Des deux côtés, il y a tant de gens biens.

Ce sont des mains tendues venant de femmes ordinaires qui montrent que l’humanité peut triompher sur les violences racistes des extrémismes religieux, nationalistes et sur la barbarie patriarcale, pour la paix et l’égalité entre toutes :

« Si dans nos petites cités, nos petits villes, on arrive à vivre ensemble, forcément, à un moment ça remontera par capillarité. »

3599183-Un-Plan-de-deux-femmes-d-affaires-bras-de-fer--Banque-d'images

Ces rencontres de femmes sont nées il y a cinq ans d’un constat : le manque de mixité à Vauvert, les chrétiens vivant d’un côté de la rue, les musulmans de l’autre, sans contact ni dialogue. Chaque mois, elles se réunissent pour échanger, apprendre et créer du lien.

Fatna, la musulmane, et Geneviève Pujalté, la chrétienne, sont parties du même constat : à Vauvert, les communautés vivent les unes à côté des autres mais ne se connaissent pas, n’échangent pas.

Les rencontres de femmes chrétiennes et musulmanes étaient nées. Elles étaient quatre au départ, elles sont une trentaine aujourd’hui, de tous âges. 

Chaque mois, elles se réunissent à la salle des Pins, à Vauvert, pour « parler du quotidien », des enfants, du travail, du couple, de la famille… « On a toutes les mêmes problèmes, souligne Fatna. La seule différence, ce sont nos croyances ».

Apprendre à discuter

Les sujets qui fâchent ne sont pas écartés : attentats, islamisme, place de la femme etc. « On a appris à discuter, explique Geneviève Pujalté. Elle cite Voltaire : « Je ne suis pas d’accord avec ce que tu dis mais je me battrai pour que tu aies le droit de le dire »… 

Aujourd’hui, chrétiennes et musulmanes ont créé des liens forts, précieux, qu’elles cultivent en dehors des rencontres, dans la rue, au marché, autour d’un café, d’une pizza ou au cinéma. Toutes ont « beaucoup appris », se sont enrichies au contact d’une autre culture. 

« On est dans le vivre ensemble », témoigne Bouchra. Et c’est ce qui donne espoir à Dominique : 

« Si dans nos petites cités, nos petits villes, on arrive à vivre ensemble, forcément, à un moment ça remontera par capillarité. »

2

La prochaine rencontre de femmes chrétiennes et musulmanes aura lieu le 11 février, à Vauvert. D’autres groupes du même genre sont également nés dans le Gard, notamment à Beaucaire et Redessan. 

francebleu.fr

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s