A 11 ans, elle lance une campagne contre le manque de diversité dans les livres

#1000blackgirlbooks

Lassée du manque de diversité et de l’absence de modèles féminins lui ressemblant, Marley Dias, 11 ans, a lancé une campagne de collecte de livres en novembre 2015, où des petites filles noires seraient les personnages principaux.

« Je suis fatiguée de lire des histoires avec des garçons blancs et des chiens. Je l’ai dit à ma mère que j’allais conduire un projet, où les filles noires seraient les personnages principaux des livres, et pas des personnages secondaires, ou mineurs »

Son objectif est de répertorier dans un guide un millier de livres mettant en scène des héroïnes noires. #GirlPower

(CATHERINE DELAHAYE / PHOTONONSTOP / AFP)

(CATHERINE DELAHAYE / PHOTONONSTOP / AFP)

Il n’y a pas d’âge pour dénoncer le manque de diversité et le sexisme de notre société. Marley Dias, petite fille de 11 ans née à Philadelphie, aux États-Unis, a lancé sa campagne de sensibilisation après avoir constaté que ses livres d’école mettaient toujours en scène des « garçons blancs et des chiens ». Des histoires ennuyeuses dans lesquelles la petite fille, dont la mère a grandi en Jamaïque, ne se reconnaissait pas. 

Un guide littéraire dédié aux héroïnes noires

Lorsque Marley a fait part de son constat à sa mère, celle-ci lui a demandé ce qu’elle comptait faire pour remédier au problème. « Je lui ai dit que j’allais mettre en place un guide recensant les livres dans lesquelles les filles noires sont les personnages principaux et pas des personnages secondaires », a-t-elle expliqué au site Philly Voice.

Pour réaliser le catalogue littéraire #1000BlackGirlBooks, Marley s’est fixée un objectif : récolter au moins 1 000 ouvrages avant le 1er février. Elle en aurait déjà reçu plus de 400. La totalité des livres sera ensuite distribuée à des bibliothèques disposant de peu de moyens, aux États-Unis mais aussi en Jamaïque.

« J’espère pouvoir montrer aux autres filles qu’elles aussi peuvent le faire », a confié Marley au site américain. En petite fille de son temps, elle explique qu’elle utilise simplement les moyens mis en sa possession pour mettre en place ses projets associatifs : les réseaux sociaux, le bouche à oreille, pas besoin de plus pour faire avancer le monde, selon elle. Car Marley n’en est pas à son coup d’essai dans sa carrière de jeune activiste. Elle a déjà remporté une bourse, délivrée par Disney Friends for Change, qui devrait lui permettre d’aller distribuer de la nourriture au Ghana en avril prochain.

« Les petites filles ont besoin de se reconnaître »

Cette vocation d’activiste, Marley la doit probablement à sa mère, Janice, cofondatrice d’une association menant des actions sociales et de sensibilisation, notamment en matière de santé publique. Association qui soutient le projet de la petite Marley.

« Elle a grandi dans une banlieue majoritairement blanche, et dans un pays où seulement 12,6% des habitants sont noirs », a expliqué Janice Dias à Philly Voice. « Avoir des modèles d’identification est une chose importante pour elle et pour toutes les petites filles vivant aux États-Unis. Elles ont besoin de se reconnaître et de lire des histoires qui reflètent beaucoup plus leur quotidien. » Grâce à la détermination de Marley, ce besoin pourrait-il bientôt devenir réalité ?  madame.lefigaro.fr

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s