Des pistolets à confettis et du punk rock pour combattre le harcèlement de rue

À Mexico, Las hijas de Violencia tirent des confettis sur les harceleurs, et leur chantent ce qu’elles en pensent, pour ne plus subir !

« On ne pense pas qu’on va pas changer le monde, mais on sait qu’on a changé le notre. »

44% des Mexicaines ont déjà subi une forme de violence sexuelle, de l’attouchement sexuel au violA Mexico, les femmes qui prennent le métro ont leur propre rame pour avoir un peu de répit mais la ségrégation des sexes ne règle en rien le besoin d’éducation et de changement en profondeur des mentalités. Apprendre à ne pas toucher ni violer les femmes, est-ce si compliqué à comprendre et à mettre en place ?

HARCÈLEMENT DE RUE – Ces femmes en ont eu marre de se faire quotidiennement harceler dans la rue. Pour y faire face, elles ont choisi leurs armes : pistolets à confettis pour déstabiliser l’adversaire, puis punk rock bruyant pour le terrasser.

Se faire aborder, siffler, insulter ou agresser : le harcèlement de rue est une réalité à laquelle font face toutes les femmes. De plus en plus décrié, divers organismes tentent de combattre ce phénomène par des actions de sensibilisation.

Ce n’était pas suffisant pour ces jeunes femmes mexicaines qui vivent dans un environnement particulièrement hostile. Refusant d’être des victimes, elles ont pris les choses en main. Un court documentaire diffusé par AJ+ les montre sur le « front »:

Ce collectif s’est baptisé « Hijas de Violencia », en français « Filles de la Violence ». Leur action est simple : dès qu’elles se font harceler dans la rue, elle dégainent un pistolet et tirent sur leur agresseur. Même si ce ne sont que des confettis qui sont propulsés par l’arme, le geste est suffisamment surprenant pour déstabiliser leur adversaire.

Les filles lancent alors la deuxième phase des opérations. Armées d’une chaîne stéréo et d’un micro, elles entament en coeur une chanson punk rock « Sexist Punk » qu’elles ont composé.

« Ce que tu m’as fait s’appelle du harcèlement, clame la chanson. Si tu me cherches ainsi je vais te répondre. Tu me parles comme si tu allais me violer. »

<iframe src= »https://player.vimeo.com/video/111910656&Prime; width= »500″ height= »281″ frameborder= »0″ webkitallowfullscreen mozallowfullscreen allowfullscreen>

Beatriz, l’une des trois militantes, confie devant la caméra :

« Nous devons répondre et encourager les femmes à le faire. Nous vous recommandons de vous amuser en le faisant, pour ne plus avoir l’impression d’être violées par ce genre de comportements, pour continuer à avancer et passer une bonne journée. On ne pense pas qu’on va changer le monde, mais on sait qu’on a changé le nôtre. »

tumblr_mkqyjf5AA81rpduwho1_500

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s