Finkielkraut défend Polanski : à treize ans, « ce n’était pas une enfant »

Parlons de la star du moment reçue à l’académie française : Alain Finkielkraut.

Pour Finkielkraut, « Polanksi n’est pas pédophile ». Sa victime âgée de 13 ans, « n’était pas une fillette, une petite fille, une enfant », accusant la France d’être « en proie à une véritable fureur de la persécution ». 

Car d’après lui, la relation sexuelle a été définie comme consentie … Ok. 

Faut-il lui rappeler qu’un homme qui fait des actes sexuels avec une gamine de 13 ans, c’est de la pédocriminalité, qu’il existe des lois et que c’est du pénal ?

Le début d’instruction avait été publié dans le Los Angeles Times, qui expliquait qu’il y a eu abus sur une mineure contre sa volonté avec l’utilisation d’un sédatif et de champagne. Pour donner un détail précis, Polanksi lui demande à un moment si elle prend la pilule, puis il ajoute ensuite, «donc je vais te prendre par derrière.»

Finkielkraut a du mal à intégrer dans son logiciel qu’il ne s’agissait pas, au moment des faits (1977), d’une «jeune fille» mais d’une mineure de 13 ans, qui n’est donc pas une femme apte à consentir une relation sexuelle avec un adulte. Elle n’a pas la maturité psychique pour résister à un homme, à son emprise, au grooming des pédocriminels. Ce n’est pas pour rien que la notion de majorité sexuelle existe. Il s’agit donc d’un viol.

Ce soir-là, en rentrant chez elle, Samantha écrira dans son journal intime : « Roman Polanski m’a prise en photo aujourd’hui. Il m’a violée, merde ! »

Je conseille d’écouter la vidéo jusqu’au bout, ça vaut son pesant de cacahuètes ^^

Nouvelobs.com 1999

Le philosophe Alain Finkielkraut défend vigoureusement le cinéaste Roman Polanski, arrêté en Suisse pour « relations sexuelles illégales » avec une mineure de 13 ans, en 1977 aux Etats-Unis.
Interrogé vendredi 9 octobre sur France Inter, Alain Finkielkraut a affirmé :

« Polanski n’est pas le violeur de l’Essonne. Polanksi n’est pas pédophile. Sa victime, la plaignante, qui a retiré sa plainte, qui n’a jamais voulu de procès public, qui a obtenu réparation, n’était pas une fillette, une petite fille, une enfant, au moment des faits. »

« C’était une adolescente qui posait dénudée pour Vogue homme, poursuit Alain Finkielkraut, « Et Vogue homme n’est pas un journal pédophile. C’est quand même une chose à prendre en considération. »

Des inculpations abandonnées

Le 10 mars 1977, Roman Polanski a reconnu une relation sexuelle avec une mineure de 13 ans, Samantha Geimer, en marge d’une séance de photographie à Los Angeles, aux Etats-Unis. Samantha Geimer racontera devant un grand jury, dont le Los Angeles Times a lu le rapport, que le cinéaste lui avait fait boire du champagne, l’avait droguée et qu’elle avait tenté, sans succès, de résister à ses avances.
Quinze jours plus tard, Roman Polanski est inculpé pour fourniture de substance réglementée à une mineure, actes obscènes ou lascifs sur un enfant de moins de 14 ans, relations sexuelles illégales, viol par usage de drogue, perversion et sodomie, selon le récit du Los Angeles Times.
Un accord est alors négocié avec le procureur, la famille de la victime souhaite lui éviter le traumatisme d’un témoignage public. Roman Polanski décide de plaider coupable pour le chef d’accusation de « relations sexuelles illégales ». Les autres accusations sont abandonnées.
Le cinéaste est incarcéré 42 jours à l’hôpital-prison Chino, près de Los Angeles. Le 17 décembre 1977, il apprend qu’il risque finalement une peine maximale de 50 ans de prison, et décide de fuir la justice américaine. Il trouve refuse à Paris. Depuis, il a pu se déplacer dans de nombreux pays sans être inquiété, jusqu’à son arrestation, en Suisse, le 26 septembre dernier.

Finkielkraut fustige la « foule lyncheuse » sur internet

« Depuis le déclenchement de cette affaire infernale, Je vis dans l’épouvante »,  déclare Alain Finkielkraut sur France Inter. « La France est en proie à une véritable fureur de la persécution. Et il n’y a pas que la France. C’est toute la planète internet qui est devenue comme une immense foule lyncheuse. »

« Je ne réclame pas une quelconque impunité pour un artiste. Mais il faut quand même comprendre que sa qualité d’artiste, depuis le début de l’histoire, n’est pas un privilège, mais un handicap. C’est parce qu’il est un artiste que les juges mégalomanes américains refusent de lâcher l’affaire, et c’est parce qu’il est un artiste que la foule des internautes se déchaîne contre lui. Dans une société démocratique, l’art est comme un outrage à l’égalité, alors on adore voir les artistes tomber. Et c’est exactement ce qui se passe avec Polanski aujourd’hui. (…) Cette fureur de la persécution, c’est une tentation constante aujourd’hui, aggravée par l’immédiateté d’internet. »

Quant à Frédéric Mitterrand, Alain Finkielkraut juge qu’il a été « victime d’un procédé totalitaire » : « On prend un texte, on en change le registre, on prélève des citations, on les tronque, et on lui demande de se justifier. »

Publicités

4 réflexions sur “Finkielkraut défend Polanski : à treize ans, « ce n’était pas une enfant »

  1. J’ai une fille de 12 ans que j’aime plus que tout. Que penserait ce réalisateur de la même chose pour sa fille ? Penserait-il que ce n’est rien de grave ? Et ce Finkielkraut a-t-il des enfants qu’il aime plus que tout ? Se mettre à la place de l’autre serait un remède à bien des maux.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s