« Remise gracieuse » de peine accordée à Jacqueline Sauvage

Victoire Sauvage ! Excellente nouvelle !  😀

L’Elysée a accordé une « remise gracieuse » de peine à Jacqueline Sauvage qui a déjà effectué 4 ans derrière les barreaux:

3

Elle va pouvoir demander une libération conditionnelle qui pourrait avoir lieu à la mi-avril. 

C’est une victoire féministe contre les violences machistes. La mobilisation a payé !!

Qu’elle puisse vivre en paix, maintenant !

Mais ne baissons pas la garde. Continuons à dénoncer et à nous mobiliser contre toutes les violences patriarcales. Lançons un appel ce soir aux « Jacqueline Sauvage » de l’ombre, actuellement sous l’emprise d’un conjoint violent, dans un foyer devenu une zone de non-droit et de terreur. Qu’elles nous entendent ! Tout finit par être possible. Il existe forcément des jours meilleurs.

Affaire Jacqueline Sauvage : retour sur trois ans et demi d’épreuves judiciaires

Jacqueline Sauvage, dans son box avec son avocate, le 3 décembre 2015 à la cour d'appel d'assises de Blois. Photo Philippe Renaud pour «la République du centre»

Jacqueline Sauvage, dans son box avec son avocate, le 3 décembre 2015 à la cour d’appel d’assises de Blois. Photo Philippe Renaud pour «la République du centre»

François Hollande accorde la grâce présidentielle à Jacqueline Sauvage

La décision du président de la République répond à «une situation humaine exceptionnelle», justifie un communiqué de presse de l’Elysée.

François Hollande s’était donné «le temps de la réflexion». Le président de la République a finalement décidé de gracier Jacqueline Sauvage, cette femme condamnée, début décembre, à dix ans de prison pour avoir tué son mari violent

Le 10 septembre 2012, après avoir été battue une énième fois par Norbert Marot, son époux, elle avait pris un fusil et avait tiré trois fois sur son bourreau, assis de dos. En quarante-sept ans de vie commune, elle n’avait jamais porté plainte, mais «tout le monde savait» que cet homme colérique battait sa femme, trois fois par semaine environ. Deux des trois filles ont aussi été, dès la puberté, victimes d’attouchements et de violences sexuelles. A l’issue du procès, les jurés n’ont pas retenu la légitime défense, fondée en droit français sur la concomitance de l’acte et de l’agression, ainsi que sur la proportionnalité de la riposte. Ses filles avaient alors adressé un recours en grâce au président, ne cessant de rappeler qu’il s’agissait d’un acte de désespoir après des années d’enfer conjugal.

Dimanche, deux jours après avoir reçu les trois filles de Jacqueline Sauvage ainsi que leurs avocates, François Hollande a fini par les entendre :  

«Le président de la République, en application de l’article 17 de la Constitution et après avis du ministre de la Justice, a décidé d’accorder à Jacqueline Sauvage une remise gracieuse de sa peine d’emprisonnement de 2 ans et 4 mois, ainsi que de l’ensemble de la période de sûreté qu’il lui reste à accomplir», écrit l’Elysée dans un communiqué de presse. «Cette grâce lui permet de présenter immédiatement une demande de libération conditionnelle», précise le texte, justifiant la décision de l’Elysée ainsi : «le président de la République a voulu, face à une situation humaine exceptionnelle, rendre possible, dans les meilleurs délais, le retour de Jacqueline Sauvage auprès de sa famille, dans le respect de l’autorité judiciaire.»

847721-caethvmwyaab3xf

Depuis sa condamnation en appel par la cour d’assises du Loir-et-Cher, le 3 décembre, les soutiens à Jacqueline Sauvage, 68 ans, avaient suscité une mobilisation croissante. Une pétition réclamant sa grâce a recueilli près de 400 000 signatures. Dès le 18 décembre, 36 parlementaires de droite et du centre avaient exigé, à l’appel de la députée (LR) des Bouches-du-Rhône Valérie Boyer, un geste de clémence de la part de François Hollande. Le 23, Libération lui consacrait sa une, demandant à François Hollande de la libérer. Le 26 janvier, on s’impatientait de l’inaction présidentielle. Et un comité de soutien s’est créé en début de semaine, qui réunit notamment la maire PS de Paris, Anne Hidalgo, l’ex-eurodéputé et leader écologiste Daniel Cohn-Bendit et le dirigeant du Front de gauche Jean-Luc Mélenchon, réclamait la grâce présidentielle et «la révision de la loi sur la légitime défense».

Jusqu’à aujourd’hui l’Elysée martelait que, par principe, François Hollande n’était pas favorable à la grâce présidentielle, et qu’il ne l’avait exercée «qu’une fois en permettant une libération conditionnelle sans éteindre la peine» du plus ancien détenu de France, Philippe El Shennawy, libéré en janvier 2014. Il faut croire qu’il a, depuis, changé d’avis.

liberation.fr

Publicités

5 réflexions sur “« Remise gracieuse » de peine accordée à Jacqueline Sauvage

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s