Encore 200 millions de filles et de femmes victimes de mutilation génitales dans le monde

Rappel : Aujourd’hui samedi 6 février est la journée internationale de lutte contre l’excision et les mutilations génitales féminines.

Encore en 2016, plus de 130 millions de femmes sont concernées par les mutilations génitales féminines et plus de 4 millions de fillettes risquent chaque année de subir le même sort malgré les condamnations de l’O.N.U en 2012.

58000 femmes mutilées vivent en France et 500 000 vivent dans l’Union Européenne et malgré que de nombreux pays africains interdisent les mutilations génitales féminines, elles continuent à être pratiquées. C’est une violation des droits humains, avec de graves conséquences sur la santé des femmes.

Le silence international laisse toutes ces femmes livrées à leur sort au nom de la tradition, de la religion, des coutumes tribales…

STOP AUX MUTILATIONS GÉNITALES FÉMININES

STOP à L’EXCISION

12640395_1751565481741528_8055096264575303547_o

 

6 février : Journée Internationale de lutte contre l’excision et les mutilations génitales féminines

 

Une étude complète : Quel bilan pour les Mutilations génitales féminines ?

Une femme tient un outil utilisé pour exciser, lors d'un rassemblement pour dénoncer cette pratique de mutilation génitale à Abidjan en Cote d'Ivoire, en 2005. KAMBOU SIA / AFP

Une femme tient un outil utilisé pour exciser, lors d’un rassemblement pour dénoncer cette pratique de mutilation génitale à Abidjan en Cote d’Ivoire, en 2005. KAMBOU SIA / AFP

Quelque 200 millions de victimes, dont près de la moitié vivent en Egypte, en Ethiopie et en Indonésie. L’Unicef, le Fonds des Nations unies pour l’enfance, a établi, jeudi 4 février, ce nouveau bilan des femmes et filles souffrant de mutilations génitales dans le monde. Ce chiffre dépasse de 70 millions la dernière estimation, qui datait de 2014, notamment en raison de nouvelles données fournies par Djakarta.

L’ONU s’est fixé pour objectif de faire cesser cette pratique d’ici à 2030, dans le cadre des objectifs de développement adoptés par 193 pays en septembre. Sur les personnes affectées, 44 millions sont âgées de 14 ans ou moins. Dans les 30 pays où les mutilations sont les plus répandues, la majorité des victimes ont été excisées avant d’avoir 5 ans.

Dans certains Etats, « une pratique presque universelle »

La Somalie, la Guinée et Djibouti restent les pays avec le taux de mutilation le plus élevé : 98 % des filles subissent des mutilations génitales dans le premier, 97 % dans le second et 93 % dans le troisième. « Dans [ces Etats], cette pratique est presque universelle », déplore Claudia Cappa, qui a dirigé la rédaction du rapport de l’Unicef. Maigre lueur d’espoir : le taux a en revanche régressé dans une trentaine de pays, dont le Liberia ou le Burkina Faso.

« Nous devons soutenir les efforts nationaux pour encourager l’abandon de cette pratique », insiste Mme Cappa, qui fait état de certains progrès « dans la manière dont les communautés considèrent [celle-ci] ». Depuis 2008, plus de 15 000 d’entre elles ont renoncé aux mutilations génitales féminines, dont 2 000 l’an dernier. Cinq pays ont même adopté des lois la criminalisant : le Kenya, l’Ouganda, la Guinée-Bissau et, récemment, le Nigeria et la Gambie.

lemonde.fr

Complément :

 Chaque minute, 7 fillettes sont victimes d’excision dans le monde

Publicités

2 réflexions sur “Encore 200 millions de filles et de femmes victimes de mutilation génitales dans le monde

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s