Barbie : les nouveaux visages de l’aliénation féminine

OurEvolution_INTL_tcm798-118275_reference

Proche idéologiquement du FN, l’élu d’extrême droite Robert Ménard a émis un avis défavorable à la nouvelle Barbie « grosse et de toutes les couleurs » en s’interrogeant : « à quand une Barbie transgenre ? »  

Sans titre

Note à Robert Ménard : le genre n’est pas une expression biologique, c’est une construction sociale. Et elle n’est pas binaire ! Donc non seulement le genre d’une personne ne se lit pas sur son visage, mais en plus, on ne peut pas le deviner par élimination. Donc la Barbie transgenre existe déjà si on le souhaite. 

1

La réforme des mensurations de Barbie était réclamée depuis des années par des associations féministes et des mères de familles qui ne se reconnaissaient pas dans le modèle traditionnel de la blonde américaine, ventre plat et jambes longilignes. Maintenant on aura des poupées Barbie diversifiées avec trois tailles, 8 couleurs de peau, 14 formes de visage, 18 couleurs de yeux, 22 coiffures et 23 couleurs de cheveux.  Surement trop pour Robert Ménard.

« Cette variété permettra à chaque petite fille de trouver une poupée qui lui correspond », explique la représentante de la marque, « mais aussi de faire remonter les ventes de Mattel. »

C’est donc ça.. En réalité, la raison économique prime sur la volonté de diversifier une poupée qui reste finalement, un modèle de propagande sexiste et domestique. Elle est destinée aux petites filles qui ne rêveront plus d’atteindre un idéal de beauté fantôme, mais qui pourront se projeter de manière plus réaliste, dans la femme au foyer, tantôt sexy, tantôt corvéable.

Ou tantôt sportive, si Ken veut bien se mettre la main à la pâte. Mais on n’a plus de nouvelles de lui. Qui va garder les gosses ? : La Barbie footballeuse Abby Wambach

Cac-CIlWEAA2DZC

Question importante : Robert Ménard aime t’il le foot.. ?

Sinon, il faudra se tourner vers beaucoup plus radical. Une Barbie modèle en mode soumise :

La nouvelle Hijarbie, est une Barbie voilée crée par une nigériane, mais qui conserve les mensurations et les traits occidentaux de la Barbie traditionnelle blonde aux yeux bleus.

Déjà la Barbie ordinaire, c’est Non, donc la Barbie voilée, c’est un double Non. 

Et pas pour les mêmes raisons que Monsieur Ménard. Si l’extrême droite met en avant des arguments profondément racistes et transphobes pour rejeter la diversité, en tant que féministe progressiste, je pense qu’il est dommage que les petites filles aient pour modèle d’émancipation, une Barbie qui reste stéréotypée, ou une Barbie voilée. Elles méritent mieux que les rôles dans lesquels on veut les enfermer, encore en 2016.

Mattel a bien tenté de commercialiser une Barbie féministe représentant la femme moderne du XXIè siècle, dans une diversité de métiers que les femmes occupent déjà, seulement tout est resté 100% rose et girly. Mattel doit s’extraire du modèle patriarcal pour proposer un autre avenir, aux filles, comme aux garçons.

Car peut-on être à la fois le problème et la solution ? 

Sans titre

Ce n’est encore qu’à l’état de projet, mais une jeune blogueuse nigériane  de 24 ans,  Haneefah Adam, a publié sur Instagram les premières photos de Hijarbie, la poupée voilée. S’inspirant des modèles de vêtements  ultra- fashion proposés pour les femmes voilées, elle les redessine en leur apportant son propre style et propose une collection miniature pour les poupées Barbie.

Se défendant de toute démarche prosélyte, Haneefah Adam souhaite seulement offrir une alternative à ces petites filles musulmanes qui veulent habiller leurs poupées avec des vêtements conformes à leur environnement culturel et social. Elle pense ainsi que ces filles auront une meilleure estime d’elle-même, et de leur religion. Selon Haneefah Adam, ces Hijarbie susciteront un sentiment d’appartenance et d’identification plus fort et donneront davantage confiance à ces enfants, indispensable à leur épanouissement. 

Haneefah Adam annonce la création prochaine d’un site qui permettra la vente de ces tenues Hijarbies

poupee-aicha-prete-pour-la-priere.jpg-366x366

Dans un autre registre,  Rishwana Bune, une ancienne professeure d’une école islamique avait lancé en 2014,  Romeisa, la poupée sans visage, en hommage à l’une des premières femmes à s’être convertie à l’islam. Une initiative qui avait provoqué une réaction pour le moins négative de Fawaz Gerges, un universitaire musulman de renom, spécialiste des sociétés musulmanes au sein de la London School of Economics, pour qui cette poupée déshumanisée et désincarnée symbolise surtout la « bêtise et la folie » des hommes. « Les musulmans font partie intégrante de la communauté internationale, ils sont en prise directe avec le 21ème siècle, mais une minorité d’entre eux reste désespérément figée dans l’archaïsme et des temps immémoriaux », a-t-il déploré, en prédisant un succès très confidentiel à Romeisa.

Romeisa n’est pas la première poupée islamique conçue sur le modèle de la charia. La poupée Fulla avait déjà fait parler d’elle au Moyen-Orient tout comme Aamina, capable de réciter des prières en arabe..

BELGAIMAGE-3633821

poupee-musulmane-noir-blanc-Uz60494i

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s