« Viens là, p’tite pute ! »

Un article écrit par Claire et Prisca deux lycéennes de Nantes. #harcelementderue

Non voyons, bien sûr, les paroles sexistes des « artistes » tels qu’Orelsan n’ont aucun impact sur les rapports entre les filles et les garçons… Et non, cette décision de justice n’est pas recevable et encore moins sa justification !

Ta fille se fait traiter de petite pute dans la rue ? C’est pas grave, elle s’en remettra. Remet la musique à fond et bouge ton cul bébé ! Y’a que comme ça que je t’aime …

Le sale arrière-goût de l’affaire Orelsan

Hé-application-sto-harcèlement-de-rue

On était en train de se promener dans le centre-ville de Nantes, on avait quinze ans, habillées en jean-basket-doudoune-écharpe et peu de maquillage. Deux jeunes hommes d’environ dix-sept ans sont venus derrière nous et ont commencé à nous regarder avec insistance. Ils sont passés devant nous en parlant une langue étrangère et il nous a semblé qu’ils parlaient de nous. Un des deux s’est accroupi devant une de nous et a fait semblant de refaire son lacet. Ils ont commencé à nous parler, et ont touché les cheveux d’une d’entre nous, lui ont dit « T’es belle, toi ! » Légèrement paniquées, nous avons accéléré le pas, laissant notre amie derrière nous… Nous ne l’avions pas vue, car nous pensions qu’elle nous suivait et nous n’osions pas nous retourner.

IL SUFFIT D’UN SIFFLEMENT, D’UN MOT

Ça, c’est du harcèlement de rue. Il suffit d’un sifflement, d’un mot, d’une phrase, et tu te sens attaquée. Comme « Wesh, t’es belle, toi ! ». Ou « T’es bonne, mademoiselle ! ».

Et puis, il y a le physique : pas forcément un attouchement, cela peut aussi être un regard insistant sur toi. Par exemple, les bandes de jeunes hommes qui traînent et qui te fixent avec « envie ». Il y a aussi des personnes qui te suivent pendant cinq minutes. L’attouchement est quelque chose d’encore plus fort : dans le bus, tu es assises à côté de la vitre et un jeune homme, bouteille de whisky à la main, paraissant saoul, vient s’asseoir de l’autre côté. Puis, il te passe le bras autour des épaules et te dit avec un sourire malsain : « Ça va ma chérie ? ». Et il reste, comme ça, pendant cinq minutes. Tu ne peux pas bouger, coincée entre la vitre et lui. Quand il sort du bus, il te fait un clin d’oeil et te dit : « On se retrouvera !».

EST-CE QUE C’EST DE TA FAUTE ?

Pendant et après ça, tu as peur… Tu cherches une solution pour t’échapper, et tu te demandes quelquefois si c’est la fin de ta vie. Tu n’oses pas répondre, de peur que les personnes continuent à te harceler, mais tu te dis que si tu ne réponds pas, ils vont le faire à d’autres personnes et savoir que ça fait peur.

Puis, quand tu rentres chez toi, le soir, tu te questionnes : est-ce que c’est de ta faute ? Est-ce que tu étais habillée trop sexy, trop vulgaire ? Est-ce que tu as eu un comportement trop provocant ? Est-ce que tu as marché d’une façon qui mettait trop tes formes en valeur ?

Tu te remets en question pendant longtemps, mais, souvent, au final, tu as beau chercher la petite bête, tu n’as vraiment RIEN à te reprocher.

LE HARCÈLEMENT, GRAVÉ DANS LA MÉMOIRE

De temps en temps, tes proches te disent : « C’est normal, t’as vu comment t’étais habillée ? ».Ou, pour les grands frères, c’est : « Je vais aller leur péter la gueule ! ». On passe d’une réaction « blasée », qui considère que c’est toi la coupable, à une réaction exagérée. Et il y a aussi ceux qui ne cherchent pas à savoir à qui est la faute mais qui, plutôt, condamnent juste le harcèlement. Tes parents sont inquiets pour toi, te demandent si tu vas bien.

On n’ose pas tout dire, car certaines personnes te disent : « Bah, pourquoi tu le prends mal ? C’est un compliment ! »

Le harcèlement oral, que certaines personnes jugent « anodin », est sans doute le plus blessant, mais aussi celui qui se grave le plus dans la mémoire

Finalement, le harcèlement, aussi bien physique que moral, est une chose qui reste gravée dans la tête de la « victime ». Malheureusement, il n’est pas assez dénoncé et puni par la loi

Claire et Prisca, 16 ans, lycéennes, Nantes, la-zep.fr

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s