Un film sur les crimes d’honneur au Pakistan récompensé au lendemain, d’un crime d’honneur

Pour sauver « l'honneur familial », un père a tué sa fille de 18 ans au Pakistan lundi 29 février, parce qu'elle refusait de lui dire où elle se trouvait cinq heures auparavant. Photo Arif Ali/ AFP

Photo Arif Ali/ AFP

Pour sauver « l’honneur familial », un père a tué sa fille de 18 ans au Pakistan lundi 29 février, parce qu’elle refusait de lui dire où elle se trouvait cinq heures auparavant. 

Horreur de circonstance, l’assassinat intervient le lendemain de la cérémonie des Oscars, où le documentaire A Girl in the River : The Price of Forgiveness (Une fille dans la rivière : le prix du pardon) qui retrace l’histoire d’une jeune fille ayant échappé à ce crime, a reçu l’Oscar du meilleur court-métrage documentaire. Il raconte l’histoire de Saba, une jeune Pakistanaise ayant survécu par miracle à un crime d’honneur après avoir été atteinte de plusieurs balles et jetée dans un sac à la rivière par son père et son oncle, mécontents de son mariage.

Pourtant en janvier, le chef du gouvernement pakistanais s’était engagé à éradiquer les crimes d’honneur dans son pays.. Plus de 1000 femmes sont tuées chaque année au Pakistan dans des circonstances similaires.

Sharmeen Obaid Chinoy, qui avait été la première Pakistanaise à recevoir un Oscar en 2002 pour un autre documentaire consacré aux attaques à l’acide.

La réalisatrice pakistanaise Sharmeen Obaid Chinoy a remporté l'Oscar du meilleur documentaire court pour A Girl in the River: The Price of Forgiveness. PHOTO AFP

La réalisatrice pakistanaise Sharmeen Obaid Chinoy a remporté l’Oscar du meilleur documentaire court pour A Girl in the River: The Price of Forgiveness. PHOTO AFP

Un père a tué sa fille par balle à Lahore au Pakistan le lundi 29 février. Ce meurtre motivé par la défense de « l’honneur » familial a été perpétré au lendemain de la victoire aux Oscars d’un documentaire pakistanais dénonçant cette pratique, a indiqué mardi la police. Selon les premiers éléments de l’enquête, Mohammad Rehmat, qui a pris la fuite, est soupçonné d’avoir tué sa fille de 18 ans, Komal Bibi, car cette dernière avait refusé de lui dire où elle se trouvait pendant les cinq heures précédentes. « Le père s’est enfui après avoir tué sa fille, et la police le recherche », a indiqué à l’AFP un responsable de la police locale, Mohammad Yaqoob. « Il semble qu’il s’agisse d’un meurtre d’honneur », a-t-il ajouté.

Le meurtre est survenu le lendemain de la cérémonie des Oscars, où le documentaire A Girl in the River : The Price of Forgiveness (Une fille dans la rivière : le prix du pardon) de Sharmeen Obaid-Chinoy, a reçu l’Oscar du meilleur court-métrage documentaire. Il retrace l’histoire d’une jeune fille ayant survécu à un crime de ce type. Sa réalisatrice Sharmeen Obaid-Chinoy avait rencontré récemment le Premier ministre pakistanais, Nawaz Sharif, qui s’était alors engagé à mettre un terme à cette pratique « dégradante » et « méprisable ». Lundi, le secrétaire d’État américain John Kerry avait même salué la réalisatrice ainsi que le prix remis au documentaire, lorsqu’il recevait le conseiller pakistanais aux Affaires étrangères, Sartaj Aziz.

Le fléau du Pakistan

Des centaines de femmes sont tuées par leurs proches chaque année, au Pakistan, pour défendre « l’honneur familial ». Une disposition controversée du droit islamique en vigueur dans ce pays prévoit en effet que les hommes tuant des femmes de leur famille peuvent échapper à toute condamnation si les proches leur « pardonnent » en échange du versement d’une somme compensatoire.

Par ailleurs, un tribunal de Lahore, la capitale du Pendjab, a condamné mardi à la peine de mort deux frères qui avaient tué en 2009 leur sœur et son mari parce qu’ils s’étaient mariés sans l’accord de la famille, a indiqué l’avocat de la défense, Chaudhry Mohammad Imran à l’AFP. Les condamnés ont aussi écopé d’une amende d’un million de roupies (8700 euros) chacun, a-t-il ajouté.

Les crimes d’honneur sont un fléau au Pakistan. La Fédération internationale pour les droits de l’homme estime qu’entre 1200 et 1800 meurtres de ce type y sont commis chaque année.

D’après madame.lefigaro.fr et lapresse.ca

Publicités

Une réflexion sur “Un film sur les crimes d’honneur au Pakistan récompensé au lendemain, d’un crime d’honneur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s