Violences conjugales : une élue veut porter plainte contre l’Etat pour non assistance à personne en danger

Total soutien à Dominique Tripet, conseillère municipale communiste d’Orléans, qui juge insuffisante la réponse de l’Etat pour venir en aide aux femmes battues. Elle veut monter un collectif et assigner la France en justice pour « non-assistance à personnes en danger ».

« Alors là, moi, j’en ai marre, marre de chez marre de devoir dire à une femme qui a un besoin immédiat d’être mise en sécurité, qu’il n’y a pas de place ! »

Il arrive que Dominique Tripet accueille dans son logement des femmes qui cherchent désespérément un refugeEn 2 ans elle a hébergé 5 femmes faute de place dans les structures adéquates. 

« Revenez nous voir lundi matin, il y aura peut-être une place qui va se libérer. On va se dire peut-être que lundi matin, il y aura eu un passage à l’acte mortel ! »

Total respect, total soutien dans son action : Un logement pour touTEs et notamment pour les femmes et victimes de violences, quelles soient domestiques et/ou économiques. Un ToiT, un droiT.

En France, une femme meurt sous les coups de son mari tous les 2 jours © Maxppp - Didier Crasnault

En France, une femme meurt sous les coups de son mari tous les 2 jours © Maxppp – Didier Crasnault

C’est un immense ras le bol qu’exprime Dominique Tripet, la conseillère municipale communiste d’Orléans. Cette ancienne présidente du planning familial juge insuffisante la réponse de l’Etat pour venir en aide aux femmes battues.

Tout est parti d’un « coup de gueule » le week-end dernier sur la page Facebook de l’élue PCF :

Dominique Tripet vient de recevoir, vendredi en l’espace d’une heure, deux jeunes femmes violentées. Et elle constate, une fois de plus, qu’il n’y a pas de place dans les structures d’urgence destinées à les héberger dans le Loiret :

« Alors là, moi, j’en ai marre, marre de chez marre de devoir dire à une femme qui a un besoin immédiat d’être mise en sécurité, qu’il n’y a pas de place ! »

Sur France Bleu Orléans ce mardi, Dominique Tripet dénonce une nouvelle fois cette situation, s’appuyant sur le cas d’une jeune mère de famille qui avait quitté son domicile avec ses enfants après avoir été battue une fois de plus par son compagnon :

« Cette pauvre dame, on s’est retrouvé à devoir lui dire revenez nous voir lundi matin, il y aura peut-être une place qui va se libérer. On va se dire peut-être que lundi matin, il y aura eu un passage à l’acte mortel ! »

Ecoutez le coup de gueule de Dominique Tripet

Face à cette situation, il n’est pas rare que Dominique Tripet ouvre les portes de son logement à ces femmes qui cherchent désespérément un refuge. En 2 ans, elle a ainsi accueilli 5 jeunes femmes chez elle :

« Chaque année, il y a autant de victimes [de violences conjugales] que les attentats du 13 novembre. Il y a non-assistance à personne en danger ! »

Dominique Tripet veut donc monter un collectif et assigner la France en justice pour « non-assistance à personnes en danger ».

Une avocate spécialisée basée à Paris, maitre Isabelle Steyer, est déjà prête à l’aider. Dominique Tripet reçoit, personnellement, une centaine de demandes d’aide chaque année sur Orléans.

francebleu.fr

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s