#‎HijabDay : une journée pour réduire les femmes au silence

En 1979, alors que le Shah venait de tomber et que la pression islamiste commençait à peser, le MLF avait fait ce reportage qui montre comment les manifestantes avaient compris les enjeux autour du port du voile en ce qui concerne l’égalité des sexes.

En mars 2016, des gens de gauche se déguisent sur Facebook et jouent à être « Tous Voilés » au nom du refus de ‘l’islamophobie’. Ils en avaient ras-le-bol, alors femmes et hommes (le comble !) ont posté des photos d’eux sur internet pour exprimer leur solidarité aux femmes voilées..!

Avril 2016, quand d’un côté les hôtesses de l’air montrent leur opposition à se rendre en Iran voilées, des étudiantes de Sciences-Po contestent en créant le #‎HijabDay pour inciter les badauds à porter un hidjab le temps d’une journée, en solidarité aux femmes voilées !

En France, on marche sur la tête !

Où comment insulter le combat quotidien des femmes pour leur libertédans ces pays qui appliquent la Charia. Car porter le hijab par solidarité dessert la cause des femmes. Ces actes censés lutter pour la « liberté de choix » renforcent une idéologie qui contraint les femmes au silence et ne fait que promouvoir une société qui décharge les harceleurs sexuels de toute responsabilité. 

Au final, on aura compté plus de journalistes que d’étudiantes, mais ce type d’action ne présage rien de bon des élites de demain contre les violences patriarcales.

Heureusement, il nous restera Tignous :

CgozII2UcAA1FA5

Elles ont imaginé cet événement pour « sensibiliser sur la question du foulard en France ». Mercredi 20 avril, un groupe d’étudiantes de Sciences Po Paris organisait un Hijab Day, appelant ceux qui le souhaitent à « se couvrir les cheveux d’un voile le temps d’une journée ». Sur la table installée dès 8 heures dans le hall de l’établissement, une dizaine de foulards sont mis à la disposition des volontaires, invités à poser leurs questions. Les organisatrices portent toutes un voile, la majorité le font pour l’occasion.

L’idée de s’emparer du débat est née il y a quelques semaines à Sciences Po, à la suite des propos de Laurence Rossignol, la ministre des droits des femmes, qui a comparé celles choisissant de porter le voile aux « nègres qui étaient pour l’esclavage ». La volonté de Manuel Valls, le premier ministre, de relancer le débat sur le port du voile à l’université — un débat clos par François Hollande, le président de la République, lors d’une émission télévisée jeudi — a fini de convaincre les étudiants qu’il fallait mener une action.

Lire aussi :   #VraisProblemesUniversite, la réplique des étudiants aux propos de Valls sur le voile

En proposant aux volontaires de se voiler le temps d’une journée, l’objectif est de « mieux comprendre l’expérience de la stigmatisation vécue par de nombreuses femmes voilées en France », expliquent les organisatrices. Surtout, les étudiantes qui portent le foulard veulent en profiter pour s’emparer d’un débat qui les concerne et dont elles s’estiment absentes.

« Ce qui me dérange, c’est qu’on parle à ma place », affirme Sonia, 20 ans, qui porte le voile « dans la vraie vie » et soutient l’initiative. « On ne se reconnaît pas dans l’image que donnent de nous les médias », renchérit Laëtitia, voilée depuis deux ans et membre du groupe à l’origine de la journée.

« Caractère prosélyte »

Mais l’initiative divise. Parmi les étudiants, tous sont favorables au débat. C’est la forme de l’action qui ne fait pas l’unanimité. « Je ne sais pas si cet événement est la meilleure manière de se mobiliser, mais je soutiens ces femmes qui portent le voile et veulent en parler : on ne leur donne pas assez la parole », estime Gaëlle, qui s’apprête à porter un hidjab pour la journée. Arthur, 24 ans, est, pour sa part, dubitatif quant à la pertinence d’un tel événement, qu’il juge uniquement symbolique : « Porter le voile quelques heures puis le retirer est absurde. Ça ne permet absolument pas de se rendre compte de ce que vit une femme voilée. »

Certaines associations étudiantes sont opposées au projet, à l’image de l’Union nationale interuniversitaire (UNI), qui juge que les étudiants sont incités à se voiler. « Ça n’est pas le débat sur le port du voile qu’on dénonce, c’est le caractère prosélyte de l’événement », affirme Carla Sasiela, responsable de l’organisation à Sciences Po.

Si les organisatrices insistent sur le caractère « interne à Sciences Po » du Hijab Day (l’établissement était fermé aux personnes extérieures), la portée de la journée, qui touche à la question ultrasensible en France du voile dans l’enseignement supérieur, dépasse l’IEP. Aux premières heures de la journée, il y avait plus de journalistes que d’étudiants devant le 27 rue Saint-Guillaume. La veille, une première page Facebook créée pour la journée a été supprimée en raison des nombreux commentaires haineux et racistes laissés par les internautes.

Au-delà de Sciences Po

Fatima El Ouasdi, présidente de l’association féministe Politiqu’elles, qui soutient l’initiative, n’est pas surprise par l’ampleur médiatique que suscite la journée. Mais elle le déplore. Comme beaucoup d’étudiants de Sciences Po, elle a fait une partie de ses études à l’étranger, où la question du voile à l’université ne se pose pas. « Le fait que le voile cristallise autant les passions est problématique. Le voile que l’on met, c’est sur les réelles préoccupations des Français », juge-t-elle.

Rachid est venu de loin pour apporter son soutien au Hijab Day. Ce Nanterrien (Hauts-de-Seine) de 50 ans salue l’initiative qu’il perçoit comme un « rapprochement » entre les musulmans et les non-musulmans dans un contexte difficile. « Le fait qu’un établissement comme celui-là, qui forme les futurs dirigeants du pays, veuille démystifier cette histoire de hidjab me donne de l’espoir », dit-il. Pour ce musulman pratiquant, la question du voile est complexe. Il n’y est pas opposé à condition qu’il s’agisse d’une décision personnelle, mais c’est un choix qui ferme des portes, « surtout dans le monde du travail », constate-t-il. Lorsque sa femme, « bac + 5 », a fait le choix de se voiler il y a dix ans, il s’est d’ailleurs inquiété. Aujourd’hui, elle est assistante maternelle, un poste « qui lui convient tout à fait » mais qui n’est pas à la hauteur de ses compétences, selon lui.

Rachid regrette que Sciences Po ne soit pas à l’origine du projet. La direction de l’établissement a autorisé la journée tout en précisant que sa tenue dans les murs de Sciences Po « ne saurait être interprétée comme un quelconque soutien de l’école à cette initiative ». Lui aurait préféré un « vrai débat encadré ».

Rachelle, 18 ans, fait partie des quelques étudiantes qui ont décidé de se couvrir les cheveux. La journée a certainement créé le débat, mais peu d’élèves ont finalement joué le jeu. Elle a choisi un foulard dans les tons rosés. En une matinée dans les rues adjacentes à l’établissement, trois personnes ont commenté sa tenue. « Je savais que cette question faisait débat en France, mais je ne pensais pas que c’était à ce point électrique », explique-t-elle surprise, avant de poursuivre sa route. Elle veut quitter le quartier de Sciences Po, où « tout le monde est au courant de l’événement ». Impossible alors de se mettre réellement dans la peau d’une femme voilée.

lemonde.fr

Cher(e) étudiant(e) de Sciences Po, aie le courage d’être une femme libre!

A droite, une étudiante de Sciences Po qui porte le voile tous les jours. A gauche, une autre qui en a revêtu un en solidarité, lors du Hijab Day, le 20 avril. Elvire Camus / Le Monde

A droite, une étudiante de Sciences Po qui porte le voile tous les jours. A gauche, une autre qui en a revêtu un en solidarité, lors du Hijab Day, le 20 avril. Elvire Camus / Le Monde

Advertisements

4 réflexions sur “#‎HijabDay : une journée pour réduire les femmes au silence

  1. Maintenant il est question d’une journée du string à Science Po. Je ne sais trop qu’en penser. Ça déclenche un début de polémique.

    J'aime

  2. En parlant de la « Journée du hijab » la plupart des sites affirment ue l’idée provient des « étudiants des Sciences-Po ». A part le votre, je n’en ai trouvé qu’un seul indiquant que l’initiative venait de « Fatima El Ouasdi, présidente de l’association féministe Politiqu’elles ».

    Il est normal qu’une étudiante s’appelant Fatima soit sensible aux questions comme le port de voile islamique (encore que promouvoir le hijab et se dire « féministe » est pour le moins bizarre). Il est bon que les Sciences-Po se soient ouvertes aux jeunes des « minorités », la France n’est gouverné depuis trop longtemps par les mêmes « clans », issus du même moule. Mais ces deux phrases se télescopent. Pourquoi ?

    La vérité sort de la bouche des enfants:
    « Rachid est venu de loin pour apporter son soutien au Hijab Day. Ce Nanterrien (Hauts-de-Seine) de 50 ans salue l’initiative qu’il perçoit comme un ‘rapprochement’ entre les musulmans et les non-musulmans dans un contexte difficile. ‘Le fait qu’un établissement comme celui-là, qui forme les futurs dirigeants du pays, veuille démystifier cette histoire de hidjab me donne de l’espoir’, dit-il. »

    Les « futurs dirigeants du pays » de la République laïque n’ont pas à se « rapprocher » des musulmans. Ils doivent considérer les citoyens dans toute leur diversité, mais pas en fonction de leur appartenance religieuse.

    Je ne connais pas les motivations des uns et des autres, mais je suis désolé par l’écho que cette manifestation a trouvé auprès des élèves des Sciences-Po. Au lieu de débattre sereinement de la question – des questions évoquées par la proposition de « l’association féministe Politiqu’elles », ils ont suivi son invitation à manifester comme des moutons. C’est déprimant et même inquiétant de la part des « les futurs dirigeants du pays ».

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s