115 : de plus en plus de femmes seules recherchent un hébergement d’urgence

#ViolenceEconomique #PrécaritéFéminine

De plus en plus de femmes se retrouvent dans une extrême pauvreté jusqu’à être contraintes à vivre à la rue.

La rue n’épargne plus les femmes et leurs enfants : Femmes et SDF.

A la rue, les femmes sont en danger, le plus souvent victimes de violences (ou suite à des violences conjugales) mais pourtant, ce sont les moins protégées. 49 % des femmes isolées n’ont jamais eu de place d’hébergement faute de structures adaptées. Elles sont nombreuses à refuser les centres d’hébergement mixtes par crainte d’agressions. De même, 51 % des femmes seules avec enfants n’ont jamais été hébergées.

La précarité des femmes a augmenté de 60% ces cinq dernières années, ce qui prouve aujourd’hui que les femmes subissent une violence économique telle, qu’elles ne peuvent plus assumer leur quotidien.

Doit-on rappeler qu’une femme sur trois qui travaille est effectivement à temps partiel et que le taux d’emploi des femmes se réduit considérablement avec l’âge et le nombre des enfants ? Il suffirait d’un emploi stable à temps plein et bien payé pour leur sauver la mise. L’égalité professionnelle est bien inscrite dans la loi mais n’est toujours pas une réalité. Le patriarcat s’entend bien avec le capitalisme. Sans que cela n’inquiète personne, mis à part les premières concernées.

L’absence de réponse adéquate de l’État, de soutiens militants, mais aussi, le désintérêt ou la méconnaissance du sujet au sens large, contribuent à aggraver les situations de précarités dans lesquelles sont maintenues un grand nombre de femmes. La retraite constituant ensuite le miroir grossissant des inégalités de genre.

La violence économique s’additionne à la violence machiste. Parce qu’être une femme en 2016, c’est encore devoir cumuler deux voire trois oppressions.

Et peu importe ce qu’il vous arrive, une femme doit être forte et faire preuve de débrouillardise, lorsque c’est encore possible.

Familles monoparentales : 40% vivent sous le seuil de pauvretéRester jolie, c’est rester en vie quand on est SDF

« Règles élémentaires » : une collecte de produits intimes pour les femmes sans-abri

Témoignages : Elles sont SDF et disent la dureté d’une vie d’errance qui ne tient parfois qu’à un fil

© FOTOLIA | highwaystarz

© FOTOLIA | highwaystarz

Le 115, numéro d’urgence des SDF, a reçu cet hiver moins d’appels mais plus de demandes émanant de femmes seules, et note une hausse des besoins de «prestations de survie», selon son «baromètre» publié lundi, qui ne note aucun recul de la précarité.

Au cours de l’hiver 2015, plus de 65.000 personnes ont appelé le 115 pour être hébergées.

S’il y a effectivement une légère baisse (4%) à la fois du nombre de demandes et du nombre de personnes qui le sollicitent, le «taux de non-attribution» — comprendre les SDF à qui le 115 n’a pu trouver une place d’hébergement — reste, lui, identique et très élevé (57%) d’un hiver à l’autre, relève la Fédération nationale des associations de réinsertion sociale (Fnars) en charge du baromètre.

Il ne s’agit donc pas là d’«un recul de la précarité, ni (d’)une meilleure prise en charge des personnes».

«Moins d’une personne sur deux reste sans abri la nuit, on est toujours dans une situation d’échec», commente ainsi Florent Guéguen, directeur général de la Fnars.

En cause encore et toujours : le manque de places dans les structures d’accueil. D’autant que dans 80% des cas, la solution apportée ne dure qu’une nuit. Et la Fnars de s’alarmer : «à la précarité de l’offre s’ajoute donc une discontinuité de la réponse, contraignant les personnes à renouveler leur demande sans garantie d’être hébergées».

Autre point préoccupant: la proportion, en hausse, des femmes seules, parmi les sans-abri qui contactent le 115. Elles sont près de 7.500 à avoir demandé à être hébergées cet hiver, soit 11% du public. Un chiffre en hausse de 13% quand les demandes baissent chez les autres catégories (hommes seuls ou familles).

Les femmes seules sont en outre plus jeunes que la population générale qui sollicite le 115, avec 28% de 18-24 ans contre 16% au total.

«Le public traditionnel à la rue est en train d’évoluer, ce n’est plus le modèle classique de l’homme seul, isolé, vieillissant…», explique Florent Guéguen pour qui le parc d’accueil est «inadapté, conçu pour des hommes seuls. Et la mixité reste très difficile».

– Stratégies de survie –

Les femmes seules, public «le plus fragile», parfois déjà «victimes de violences conjuguales», doivent avoir «des centres dédiés», selon le responsable.

Par ailleurs, lorsqu’elles sont accompagnées de leurs enfants, elles sont «encore très majoritairement dirigées vers l’hôtel, une solution insatisfaisante voire contre-productive», souligne-t-il.

Conditions de vie désastreuses, pas de possibilité de se faire à manger, peu ou pas d’accompagnement social, favorisant le marché de marchands de sommeil : l’hôtel, un hébergement qui présente trop d’inconvénients, mais auquel on a de moins en moins recours, «un point satisfaisant» pour la Fnars, qui voit là un des effets du plan national visant à réduire les places hôtelières.

A Paris cependant, les attributions à l’hôtel sont en hausse de 19%, souligne la fédération.

En revanche, les demandes non plus d’hébergement mais de prestations, à savoir l’accès aux douches, aux soins, l’aide alimentaire, etc., sont, elles, en hausse (+16%), traduisant «une dégradation globale de la situation des personnes».

«Ces personnes ne demandent même plus un hébergement mais des prestations de survie», s’alarme Florent Guéguen. «Se doucher, avoir un duvet, une aide alimentaire… C’est une paupérisation des personnes à la rue, ça vient de gens dans une stratégie de survie, et ça c’est très inquiétant», conclut-il.

liberation.fr

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s