Farida Belghoul fondatrice de la JRE, condamnée pour diffamation à l’encontre d’une institutrice

Bonne nouvelle contre les réactionnaires !

Farida Belghoul, fondatrice du mouvement Journée de retrait de l’école (JRE), condamnée pour complicité de diffamation à l’encontre d’une institutrice de maternelle. 
Ou comment une rumeur bien orchestrée par l’extrême droite, avait réussi à mettre à genoux le gouvernement.

Illustration d'une salle de classe, ici dans une école de Rennes. - C. Allain / APEI / 20 Minutes

Illustration d’une salle de classe, ici dans une école de Rennes. – C. Allain / APEI / 20 Minutes

Farida Belghoul, fondatrice du mouvement Journée de retrait de l’école (JRE), condamnée pour complicité de diffamation à l’encontre d’une institutrice de maternelle. Le tribunal correctionnel de Tours a également condamné, pour les mêmes motifs, une mère de famille de Joué-lès-Tours qui partageait son combat contre « l’enseignement de la théorie du genre ».

Une rumeur pour appeler au boycott des cours

En mars 2014, sur fond de polémique autour du mariage homosexuel et du programme scolaire expérimental ABCD de l’égalité entre hommes et femmes, la mère d’un petit garçon de trois ans, d’origine tchétchène, avait rapporté des propos de son enfant selon lequel sa maîtresse l’avait déculotté, ainsi qu’une petite fille de la classe, afin d’échanger des caresses sexuelles et des « bisous ».

Alertée, la correspondante locale de JRE, Dalila Hassan, contactait le 28 mars 2014 Farida Belghoul, qui était dès le lendemain devant l’école de Joué-les-Tours, commune populaire de la banlieue de Tours, et recueillait son « témoignage » filmé. La vidéo, mise le soir même sur YouTube, se présentait comme une interview de la mère de famille, dont les enfants n’étaient pas scolarisés dans l’école mise en cause, rapportant ces accusations.

L’institutrice de la classe de l’enfant avait porté plainte avec constitution de partie civile pour diffamation envers un fonctionnaire public. Le magistrat instructeur a par la suite mis en examen la correspondante locale de JRE pour diffamation, et Farida Belghoul pour complicité.

La fondatrice de JRE compte faire appel

Le procureur, lors de l’audience du 24 mars dernier, avait demandé la condamnation des prévenues à une amende, laissée à l’appréciation du tribunal.

Farida Belghoul a finalement été condamnée à verser 5.000 euros à l’institutrice pour diffamation et Dalila Hassan à 4.000 euros.

Gérard Chautemps, l’avocat de la fondatrice de JRE, a aussitôt annoncé son intention de faire appel.

20minutes.fr

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s