Une pub sexiste et grossophobe pour une salle de sport

Non à la grossophobie et aux diktats de la minceur !
#‎PubSexiste‬ – En remplaçant le personnage féminin par un personnage masculin, on comprend que l’inverse n’est pas possible. Même s’ils sont lourds, les hommes sont rarement en surpoids. Clairement, les femmes sont ciblées.

13332779_10209094223368577_4900525163918637022_n

L’utoptimiste : lu sur fb

Bon, j’ai un demi-train de retard mais quand j’ai vu passer cette chose hier soir sur le mur de Vincent Lahouze… j’ai pas eu la force de pousser une gueulante un peu construite. Au final tant mieux, je prends mon temps, histoire qu’on sorte de « l’entre-nous » (qui fait du bien, entre défouloir et réconfort, je nie pas) et qu’on puisse aussi parler aux personnes non concernées, non éveillées sur certaines oppressions, les toucher. Je vais essayer d’expliquer pourquoi cette affiche SCHLINGUE sévère le sexisme et la grossophobie (donc gros TW) , et y’a du boulot, limite je sais pas par où commencer tellement c’est ni fait ni à faire !…

Je vais tout de même démarrer par ceci : une salle de sport, c’est une zone mixte, ou des personnes de tous genres se rendent pour se dépenser, se faire plaisir, s’entretenir… Mais sur l’affiche, évidemment, c’est une femme. Parce que bon, on est au mois de juin et c’est bientôt « l’épreuve du maillot ». De plus, elle est grosse, mais on a bien pris soin de lui marquer la taille et lui faire de fines jambes : on entretient le terrible mythe qui voudrait qu’en chaque grosse soit enfermée une mince qui ne demande qu’à sortir. C’est mensonger et dangereux de promouvoir ça. Et puis, il s’agirait pas non plus de dégoûter les passants avec une grosse qui ne soit pas en « bouteille d’Orangina » ou « en sablier ». Donc là, on a déjà du sexisme, et de la grossophobie ‪#‎OKLM‬.

Mais c’est pas tout. Cette comparaison avec la « perte » de la virginité est d’un niveau de toxicité qui bat tous les records. On a beau dire « aussi » aux garçons/hommes qu’ils la perdent lors de leur première fois, pour les filles/femmes c’est bien plus fort, violent, même. Car on entretien l’idée qu’on se fait tout.e.s « déchirer » l’hymen lors d’un premier rapport (c’est faux) et donc qu’on « perd en valeur », parce qu’on ne récupérera jamais cette « pureté ». Chose qu’on ne reprochera JAMAIS à un mec. Donc niveau misogynie, on est bien avec une phrase pareille…

De plus, cette « métaphore », bien plus que douteuse et de franchement mauvais goût, évoque clairement un yoyo pour le parcours de ce personnage. Savent-ils seulement la difficulté, la souffrance qui peut se cacher derrière une histoire de vie comme celle-ci ? Entre troubles du comportement alimentaire, dépression, problèmes hormonaux, remarques désobligeantes, déception, garde-robe à refaire, relation compliquée avec le miroir… Et surtout, ce message assume complètement le fait qu’un régime (le sport, à outrance, fait partie de cette quête des kilos en moins), ça ne marche pas : on reprend dès qu’on se détend un peu. Mais bon, faut persévérer. Même si tu vas encore reprendre le double dans les mois qui suivront, ben tu reviendras (et ainsi de suite au fil des ans) car t’es grosse. Donc c’est ton destin de te torturer. En même temps, t’as qu’à pas être grosse aussi hein !

Enfin, clou du spectacle, une petite phrase bien culpabilisante « Arrêtez de vous mentir, faites du sport ». Deux impératifs pour le prix d’un dans les rotules, alors que t’avais pas encore digéré le coup de poing dans le bide du reste de l’affiche, pour t’achever. Les personnes sensibles sur ces sujets, et vulnérables sont à terre : « tais-toi et raque, sale feignasse de grosse ! » C’est ça qu’il dit, ce panneau publicitaire. C’est d’une violence ahurissante, et le pire, c’est que ces messages sont si omniprésents (merci la presse féminine, entre autres), normalisés, qu’ils ne choquent que les personnes déjà déconstruites sur les thèmes du sexisme, de la grossophobie, du body shaming. Mais bon, quand tu dénonces ça, on va te rétorque systématiquement que « ohlalaaaa c’est de l’humour ». NON. C’est tout au plus l’arbre (très) vaguement lolilol-pouet-pouet qui cache la forêt des injonctions faites aux corps des femmes, pour plaire au mâle blanc cisgenre hétéro dominant.

Je vous invite donc tou.te.s à aller dire à Aloha Fitness Sartrouville tout le bien que vous pensez de ce coup de com’ puant. Leur dire que c’est pas nos gros corps qui sont dégueulasses, c’est leur vision du monde.

Pour finir, un petit paragraphe sur le sport : ce rant n’est pas fait pour démolir systématiquement les salles de sport ou l’idée en elle-même de sport. Mais pour conchier ce « capitalisme du corps », façon american dream du tour de taille, qui te fait croire que « tu peux le faire », et si tu peux pas, ben c’est que t’es une merde qui essaye pas vraiment. Ce sur quoi je tape, c’est l’injonction (sous forme de menaces, de moqueries…) à maigrir si t’es pas mince, sur la culture du régime/fitness/healthy qui fait tant de dommages, et de victimes, qui passent à côté de leur vie dans beaucoup de souffrances pour courir après un modèle qui ne convient réellement qu’à un très faible pourcentage de la population. Je me répète, comme d’habitude, mais nom d’un ienche, les publicités sont un média hyper important dans les représentations collectives et la construction de soi. Et un déchet de cet acabit a malheureusement bien des chances de « toucher sa cible ». Cette salle de sport va faire rentrer du cash, oh ça oui, mais à quel prix pour les personnes qu’elle a violentées pour les attirer jusque dans ses filets ?

Et ne pouvant pas vous laisser dans ce marécage nauséabond de body shaming grossophobe, je vous renvoie à mon article body posi dans le dernier Plump Lemag, pour résister au bullshit du « bikini body »/corps de plage qui fait rage au retour des beaux jours (haha, ou pas à cet instant précis) : http://theutoptimist.blogspot.fr/…/pour-en-finir-avec-le-co… (lien et numéro de page dans l’article)

N’oubliez pas, vous êtes PARFAIT.E tel.le.s que vous êtes

#‎Grossophobie‬ ‪#‎FatShaming‬ ‪#‎BodyShaming‬ ‪#‎EffYourBeautyStandards‬‪#‎FatGirlsCan‬ ‪#‎BodyPositive‬

PS : évitez les commentaires du style « t’as pas d’humour » ou « t’as mal compris », j’ai la gâchette facile pour vous bloquer 😉 Idem pour celleux qui tentent le coup du « oui mais la santé… »

 L’utoptimiste

13321753_1400534326639001_1630238071489644934_n

Les femmes et la publicité ne sont pas toujours franchement copines, et cette affiche de la salle de sport « Aloha Fitness » le confirme. Situé à Sartrouville, dans le 78, le club de fitness choque les internautes en ce début de semaine.

« Perdre du poids ça devrait être comme perdre sa virginité, une fois que tu l’as perdue, c’est fini, tu ne la récupères plus », « Arrêtez de vous mentir, faites du sport ».

Ces phrases, sorties de l’esprit d’une petite dame ronde sur l’affiche, ont mis l’auteur du post Facebook ci-dessous en colère ce lundi 30 mai. Et il n’a pas été le seul à être choqué par cette publicité. Les internautes crient au sexisme et à la grossophobie, un terme qui désigne les discriminations à l’encontre des personnes en surpoids.

Le responsable du club, Laurent, contacté par le HuffPost, trouve quant à lui qu’il s’agit « d’une polémique totalement exagérée » et juge son affiche « marrante » et « pas discriminante ». « On ne peut pas plaire à tout le monde, les gens vivent de polémique », a déclaré le gérant de la salle de sport. Ce dernier ne compte pas réagir sur la page Facebook d’Aloha Fitness, ni retirer la fameuse publicité.

La ministre des Familles et des droits des femmes, Laurence Rossignol, a au contraire réagi à notre article en jugeant la campagne « vulgaire », « sexiste » et « insultante ».

1

Et l’onglet « Avis » de la page Facebook du club se gorge d’heure en heure de commentaires négatifs :

« Bel argument pour faire venir la clientèle. Chez vous les personnes enrobées sont montrées du doigt… Et on se moque d’elles, bravo! Je vous invite à vous renseigner sur l’obésité qui est une maladie et non un simple manque de volonté! Cette pub est à vomir c’est honteux! »

« Votre délicieuse affiche « vantant les mérites » de votre club de sport m’a donné envie… De lever mon cul de grosse qui a perdu sa virginité (et pas ses kilos, hein!), et d’aller dans la cuisine me chercher un paquet de curly! »

« Bon sang dans l’échelle du pathétique vous avez atteint la couche stratosphérique, je vous féliciterais presque pour l’exploit si je n’étais pas abasourdie de consternation. »

« Je suis prof de fitness et je suis vraiment choquée que certains de mes collègues utilisent le genre d’argument publicitaire que vous utilisez sur vos affiches. Il est déjà difficile pour une personne en surpoids de pousser la porte d’une salle de sport et de subir le regard des autres. (…) Par cette publicité vous jetez le discrédit sur toute une profession et éloignez des milliers de personnes qui auraient peut-être pu un jour pousser la porte d’une salle de sport et changer leur vie comme le fitness a changé la mienne… »

« Étant « grosse » je dois arrêter de me mentir à moi même! Heureusement que vous êtes là pour me dire que ce n’est pas une maladie mais une simple flemme de ma part. »

« Pub sexiste et irrespectueuse des femmes en général comme des femmes en surpoids. L’allusion à la virginité est déplacée et odieuse. »

huffingtonpost.fr

Advertisements

Une réflexion sur “Une pub sexiste et grossophobe pour une salle de sport

  1. Avec un dessin d’humour un peu rétro (mais le sexisme serait-il aussi vieux que la femme de Mathusalem???) pour faire passer le message sans faire de vague et une petite grosse qui sourit sûre de son résultat, ce qui rend l’affiche valide et efficace dans sa communication, passe un message profondément scandaleux. J’ai fréquenté des clubs de sports dans des villes assez différentes du genre bobo au style popu, et bien si j’avais vu cette affiche, j’aurais bien sûr fait une remarque. Je n’ai jamais vu cela d’ailleurs et les clubs où j’ai pu aller, mettaient en avant la mixité, l’égalité entre femmes, hommes, âges différents, etc… et il y avait- et il y a d’ailleurs- toujours beaucoup de gens handicapés aussi qui fréquentent pour leur santé ce type d’établissement. Alors à quand le cul de jatte qui saute sur un trempolino, faut-il le suggérer pour leur com??? Là ça ferait un couac, et pourtant il s’agit du même type de moquerie, vous avez tout à fait raison de le souligner.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s