Pour Baupin, le harcèlement n’est que jeux de séduction… écologique !

Denis Baupin nie « avoir jamais commis de harcèlement sexuel ni d’agression sexuelle », titre Le Monde du 1r juin.

« J’affirme de toute ma vie n’avoir jamais commis de harcèlement sexuel ni d’agression sexuelle (…) Etre dans le registre de la séduction et dans une forme de libertinage correspondant à la culture des écologistes » 😀 😀

Sauf qu’il n’a pas agressé que des écologistes, si tant est que le libertinage soit exclusivement réservé à « la culture écologique ». 

Alors qu’il a le comportement classique, ancestral, du type qui pense qu’on peut trousser des filles sans même se demander si on leur plaît. Il est pathétique. Je ne sais pas qui lui a conseillé cette « défense », mais elle est…, énorme ! 

Stratégie de défense ou déni ?

Démonter les témoignages un à un de ses victimes lui permet de devenir lui-même victime de femmes, moins « open » à son gout, « qu’elles ne l’étaient dans les années 70 ».. Confondre le désir de libération sexuelles des années 70 et le libertinage, c’est juste énorme !  

Je ne doute pas que cela fera plaisir aux Verts d’être assimilés à de joyeux partouzeurs (José, Eva, Noël …).

Comme beaucoup de manipulateurs et violents, je ne peux pas croire qu’il soit idiot. Il sait ce qu’il fait en optant pour cette stratégie. Mais c’est du niveau Le Gorafi là. Chercherait-il à se rendre sympathique ?

Ne nous laissons pas attendrir. Le harcèlement sexuel est à dénoncer.

Prenons le mal à la racine. 

Baupin : « Il a pu y avoir des situations de libertinage incompris »

Denis Baupin, le 18 septembre 2012. STEPHANE MAHE / REUTERS

Denis Baupin, le 18 septembre 2012. STEPHANE MAHE / REUTERS

L’élu écologiste Denis Baupin, accusé de harcèlement et d’agression sexuels par treize femmes, dont six à visage découvert, donne pour la première fois « sa version » des faits, mercredi 1er juin. Dans un entretien à L’Obs, il récuse les accusations qui pèsent sur lui : « J’affirme de toute ma vie n’avoir jamais commis de harcèlement sexuel ni d’agression sexuelle. » Quatre des victimes présumées ont estimé dans la journée que sa réponse était « malheureusement bien trop classique dans ce type d’affaire ».

Deux séries de témoignages publiés par Mediapart et France Inter le 9 et le 30 mai mettent en cause le député de Paris, qui a démissionné de la vice-présidence de l’Assemblée nationale à la suite des premières révélations. Il doit encore être entendu par la police dans le cadre d’une enquête préliminaire ouverte par le parquet de Paris.

« Jeux de séduction » et règlements de comptes

Denis Baupin revient sur des points précis des témoignages de victimes présumées. Les SMS « salaces » évoqués par la députée Isabelle Attard relèvent, selon lui, de « jeux de séduction ». Quant à ceux rapportés par Elen Debost, adjointe écologiste au Mans, il dit qu’il s’agissait d’un jeu « assumé de part et d’autre ».

Sandrine Rousseau, porte-parole d’EELV, accuse Denis Baupin de l’avoir plaquée contre un mur et d’avoir essayé de l’embrasser de force dans un couloir, à la sortie d’une réunion à Montreuil, en 2011. Sur ce point, Denis Baupin dénonce « de nombreuses invraisemblances ». Il est, selon lui, impossible que Sandrine Rousseau et lui aient quitté la salle en même temps, et qu’il ait pris le risque d’être surpris par un militant qui pouvait surgir à tout moment. Il évoque également des échanges « enthousiastes » postérieurs à la date de l’agression qui lui est reprochée.

Une autre femme a fait état d’une agression violente. Geneviève Zdrojewski, fonctionnaire au ministère de l’environnement lorsque Denis Baupin était conseiller de Dominique Voynet, rapporte avoir été agressée à deux reprises. « Je conteste totalement ces accusations », répond Denis Baupin, qui évoque une « dame » qui avait un « rôle d’autorité ». « Je n’ai même jamais imaginé de comportement de drague vis-à-vis de cette personne. »

Confronté à la question de savoir ce qui motiverait ces femmes à porter des accusations qu’il qualifie de fausses, Denis Baupin évoque la possibilité de règlements de comptes : « Je constate que cela arrive à une période politique où l’écologie est en sale état. » A propos de l’expression « DSK des Verts », employée pour la première fois en 2013 par une universitaire écologiste, Denis Baupin rappelle qu’à l’époque cette personne n’avait pas précisé de qui elle parlait. « Je ne me considère pas comme le DSK des Verts », dit-il.

« Le regard de la société est moins “open” »

Interrogé sur son rapport aux femmes, Denis Baupin assume être « dans le registre de la séduction et dans une forme de libertinage correspondant à la culture des écologistes », tout en admettant que cela a évolué et que la culture « post-soixante-huitarde » a disparu. « Le regard de la société est moins “open” », conclut-il. Il évoque sa vie privée pour expliquer ce comportement « libertin ». « Se projeter dans un foyer, pour certains, ça vient tôt ; pour moi, c’est venu plus tard, avec l’expérience et l’évolution de ma vie privée, le fait que je sois aujourd’hui père de trois enfants. »

Sans reconnaître que ses gestes puissent être assimilés à du harcèlement, Denis Baupin dit avoir « évolué », et accepté que la « drague » puisse être ressentie « dans la vie d’une femme comme quelque chose de pénible. »

Interrogé sur son silence depuis les révélations du 9 mai, M. Baupin évoque la nécessité de régler des « questions aussi graves » devant la justice, qui ne l’a toujours pas convoqué. « C’est à elle que j’aurais voulu parler en premier. » Le député dit avoir été « jeté en pâture » sans que soit respectée « la présomption d’innocence ».

Une tentative de « décrédibiliser les victimes »

Quatre élues écologistes qui ont accusé Denis Baupin à visage découvert le 9 mai ont regretté sa « stratégie de défense », qu’elles considèrent « en complet décalage avec l’importance, la répétition et la concordance des faits décrits par les 13 femmes qui témoignent ». Isabelle Attard, Elen Debost, Annie Lahmer et Sandrine Rousseau ont appelé d’éventuelles autres victimes à témoigner à leur tour auprès de la brigade de répression de la délinquance contre la personne. La réponse de Denis Baupin est malheureusement banale, regrettent-elles :

« En niant les actes, en tentant de décrédibiliser les victimes, Denis Baupin emploie là une stratégie malheureusement bien trop classique dans ce type d’affaire. »

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s