«Je l’ai tuée, elle m’a énervé» : quand Le Matin accorde une tribune à l’assassin

#féminicide

Aujourd’hui, le quotidien de Suisse romande Le Matin a consacré sa Une en donnant la parole au meurtrier d’une femme victime de violences conjugales qui venait de mourir. 

« Il est venu vers moi, m’a serré la main et m’a demandé si j’allais bien. Et c’est là qu’il m’annonce avec un sang-froid incroyable : «J’ai tué Maria*, elle m’a fait ch…» »

Sur place, l’association #féminista ! se dit outrée par le titre qui ressort de sa Une aujourd’hui et il y a de quoi ! 

«J’ai d’abord cru que c’était un gag et qu’il se moquait de moi. Il donnait l’impression d’être détendu d’aller en prison. Comme une tentative de suicide social. Il n’était pas très bien ces temps. Il était dépressif. Je ne l’ai jamais vu s’énerver. C’était plutôt elle qui lui rentrait dans le cadre. Lui, il ne disait jamais rien. C’est pas un bavard»

Relayer les propos d’un meurtrier qui, comme on le sait, culpabilise sa victime pour excuser son acte, est une violence inacceptable faites aux femmes et à fortiori, aux victimes de violences conjugales. D’autant plus que tout le monde est obligé de passer devant le panneau affiché dans la rue, y compris les 17 300 victimes répertoriées en Suisse en 2015. 

«Maria avait un problème»

La violence domestique ne naît pas sur un « coup de tête ». Elle s’installe progressivement et devient le quotidien d’une grande majorité de femmes. Comme féminista !, nous ne pouvons accepter qu’une affiche complice des assassins machistes ait pignon sur rue. C’est inadmissible !

Nous rappelons que la violence domestique est perpétrée à 80% par des partenaires ou ex-partenaires et qu’elle se termine avec 36 homicides (plus 52 tentatives, 200 viols et 200 abus sexuels) en 2015 en Suisse.

Nous, anciennes victimes de violences conjugales, femmes et hommes de la société civile, nous opposons fermement à la culpabilisation des victimes en PREMIÈRE PAGE d’un quotidien ayant vitrine sur rue. Nous exigeons du Matin la publication d’un communiqué d’excuses en PREMIÈRE PAGE immédiatement, puisqu’il y tient tant ! 

Les raisons de la colère !

Les raisons de la colère !

BAAR (VS) L’homme de 68 ans aurait tiré sur son épouse avec une carabine. Incarcéré à la prison des Iles, à Sion, il se battrait contre une dépression sournoise.

Jacques*  vit dans le quartier de Pierre Grosse à l’entrée du village de Baar, dans la commune de Nendaz (VS), près de la maison du couple, désormais tristement célèbre. Il les connaît tous les deux depuis l’enfance, ils ont construit ici il y a plus de 30 ans.

Mardi matin, au lendemain du coup de feu fatal et de l’arrestation de son voisin de 68 ans, il a croisé ce dernier à l’Hôpital de Sion.

«Je fumais à l’extérieur. Je l’ai vu sortir d’une salle où l’on fait des prises de sang. J’ai pensé à un malaise. Il était entre deux policiers. Il est venu vers moi, m’a serré la main et m’a demandé si j’allais bien. Et c’est là qu’il m’annonce avec un sang-froid incroyable :

«J’ai tué Maria*, elle m’a fait ch…»

Pas bien ces temps

«J’ai d’abord cru que c’était un gag et qu’il se moquait de moi. Il donnait l’impression d’être détendu d’aller en prison. Comme une tentative de suicide social. Il n’était pas très bien ces temps. Il était dépressif. Je ne l’ai jamais vu s’énerver. C’était plutôt elle qui lui rentrait dans le cadre. Lui, il ne disait jamais rien. C’est pas un bavard», poursuit Jacques.

Devant la maison du présumé coupable et de son épouse mortellement atteinte, une fourgonnette gris clair s’est garée bloquant deux autres véhicules, sans doute ceux des époux. La police scientifique est à pied d’œuvre ce mercredi, discrètement à l’intérieur de la villa.

Un silence qui tranche radicalement avec le déploiement intervenu lundi soir dans le hameau qui surplombe Sion. Certains disent que le sexagénaire aurait appelé lui-même sa belle-sœur après son geste meurtrier, lui précisant que «Maria avait un problème». D’autres parlent d’un voisin qui aurait alerté les forces de l’ordre.

Des scellés ont été posés sur les deux portes d’accès à l’habitation. L’un a été «décollé» par les experts pour y pénétrer. Ils sont là pour récolter les indices matériels et les traces, pour analyser la balistique du ou des projectiles.

En charge du dossier, le procureur général du Valais, Nicolas Dubuis, ne fait aucun commentaire à ce stade. Il s’en tient à un communiqué laconique. S’agissant des circonstances, des sources proches de l’enquête lâchent que, pour tuer sa femme de 65 ans, le retraité aurait utilisé un fusil de calibre 22 qui lui appartenait. D’autres armes auraient été retrouvées dans la villa du couple.

Mécanicien de précision, ce Vaudois d’origine avait connu plusieurs épisodes de burnout et/ou de dépression alors qu’il travaillait encore dans une manufacture horlogère de Sion. Il souffrirait toujours de troubles psychiques. Ce que confirme le président de la commune de Nendaz, Francis Dumas :

«Baar, c’est mon village. Je les connais personnellement. Il a été en arrêt de travail plusieurs fois, c’est vrai. C’est un choc bien sûr. C’est toujours dramatique.»

Maria venait de Nax (VS). Elle laisse derrière elle deux enfants adultes et deux petits-enfants. Elle a été abattue par leur père, respectivement leur grand-père. Sans raison apparente.

lematin.ch

Le couple vivait depuis plus de 30?ans dans le quartier de Pierre Grosse, à Baar (VS), au-dessus de Sion. Rien ne laissait présager pareil acte meurtrier.  Image: Le Matin/Sedrik Nemeth

Le couple vivait depuis plus de 30?ans dans le quartier de Pierre Grosse, à Baar (VS), au-dessus de Sion. Rien ne laissait présager pareil acte meurtrier. Image: Le Matin/Sedrik Nemeth

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s