#‎BringBackOurGirls – Une première «fille de Chibok» retrouvée

Nous oublions bien vite les femmes qui sont persécutées.

Kidnappées, violées, torturées, mariées de force et… kamikazes. Voila le sort réservé aux lycéennes nigérianes enlevées le 14 avril 2014.

Ce 19 mai dernier, c’est une petite lueur d’espoir dans le calvaire des 218 autres lycéennes enlevées par Boko Haram. L’une d’entre elle a été secourue par la milice d’autodéfense composée de villageois et ramenée à sa famille.

Plus de deux ans après l’enlèvement des 276 lycéennesl’horreur se poursuit pour 218 d’entre elles toujours détenues par ce groupe islamiste. Un peu partout dans le monde, le slogan #‎BringBackOurGirls a résonné comme une complainte qui ne trouve toujours pas d’écho dans le champ politique. Celles ayant « été libérées », ne le doivent qu’à leurs propres forces en ayant réussi à s’échapper. Preuve encore une fois, que nous ne pouvons compter que sur nous-mêmes.

Ne me libérez-pas, je m’en charge ! 

Ne les oublions pas.

Des mères de jeunes filles enlevées à Chibok gardaient espoir, en janvier dernier. Photo: Philip Ojisua Agence France-Presse

Des mères de jeunes filles enlevées à Chibok gardaient espoir, en janvier dernier. Photo: Philip Ojisua Agence France-Presse

Kano, Nigeria — Pour la première fois, l’une des 219 lycéennes nigérianes enlevées par Boko Haram à Chibok a été retrouvée saine et sauve, plus de deux ans après avoir été capturée par le groupe islamiste, qui utilise le kidnapping comme une arme et un moyen de recrutement.

Les filles de Chibok sont les victimes les plus tristement célèbres de Boko Haram. Ce kidnapping sans précédent, survenu le 14 avril 2014, avait provoqué une vague d’indignation au Nigeria et dans le monde. Le retour de cette lycéenne est une rare lueur d’espoir dans le calvaire des captives de Chibok.

Depuis 2009, le groupe djihadiste est tenu responsable de l’enlèvement d’au moins 2000 personnes, dans une insurrection qui a fait 20 000 morts.

La lycéenne Amina Ali, qui avait 17 ans lors de son enlèvement, a été secourue mardi dans la zone de la forêt de Sambisa, connue pour être le bastion de Boko Haram.

Retrouvailles émouvantes

Dans un communiqué mercredi, l’armée nigériane a précisé les circonstances du retour de cette lycéenne.

Des soldats et des villageois membres d’une milice d’autodéfense — qui assistent les militaires nigérians dans la lutte contre Boko Haram — ont été déployés à Baale, près de la ville de Damboa (à 40 km de Chibok), et ont « secouru une mademoiselle Amina Ali et un terroriste présumé de Boko Haram, Mohammed Hayatu, qui prétend être son mari », indique le porte-parole de l’armée, Sani Usman, dans ce communiqué.

Amina a d’abord été ramenée à sa mère, Binta Ali, dans sa localité natale de Mbalala, près de Chibok. « La fille et la mère sont tombées dans les bras l’une de l’autre, et la mère a éclaté en sanglots », a rapporté à l’AFP M. Alamson.

De son côté, le mouvement #BringBackOurGirls assure qu’Amina « a fourni des informations utiles sur le fait que les autres lycéennes étaient toujours retenues captives dans la forêt de Sambisa ». Selon l’un des responsables locaux du mouvement, Amina a assuré qu’au moins « six d’entre elles étaient déjà mortes ».

Près de 300 enlevées

En avril 2014, Boko Haram avait enlevé 276 jeunes filles d’une école secondaire de Chibok. 57 d’entre elles avaient réussi à s’échapper dans les heures suivant leur enlèvement par le groupe, dont le nom signifie « l’éducation occidentale est un péché » en haoussa et qui a pour objectif la création d’un Etat islamique indépendant.

ledevoir.com

Publicités

2 réflexions sur “#‎BringBackOurGirls – Une première «fille de Chibok» retrouvée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s