Madrid : Des bourses d’études pour sortir les prostituées de la rue

#Prostitution – Mme Hidalgo, vous pouvez vous en inspirer  🙂 

Bonne initiative ! « La mairie de Madrid, la capitale espagnole, vient d’offrir 31 bourses d’études d’un montant de 76 500 euros à des prostituées ayant accepté d’arrêter de se livrer au racolage sur la voie publique afin de faire des études ». 

(Photo Flickr/ jose pereira)

(Photo Flickr/ jose pereira)

Trente et une bourses d’études d’un montant de 76 500 euros viennent d’être distribuées par la mairie de Madrid à des prostituées madrilènes qui ont accepté de quitter la rue pour reprendre leurs études en septembre prochain. Une somme pensée pour être suffisamment importante pour leur permettre d’être formées, tout en compensant leurs pertes de revenus, comme l’explique un récent article de The Local.

« Le manque d’éducation formelle et de qualifications représente un facteur à risque qui peut pousser les gens dans la prostitution et s’avérer un obstacle conséquent pour en sortir », a ainsi expliqué le Département de l’égalité, des droits sociaux et de l’emploi de la ville dans un communiqué. Les noms des 31 femmes sélectionnées sont d’ores et déjà connus. Leur point commun ? Elles suivent toutes un programme de réinsertion au sein du Centre Concepción Arenal, le premier centre social de la ville dédié à aider les prostituées à retrouver une place dans la société.

Le programme d’études sera divisé en deux sessions séparées, incluant aussi bien de la théorie que de la pratique. Les cours dispensés couvriront des sujets aussi variés que l’acquisition de compétences sociales et personnelles, ou encore l’apprentissage des nouvelles technologies. Le tout pour une durée totale de 300 heures par personne. Par la suite, les jeunes femmes devraient avoir l’opportunité d’acquérir des expériences professionnelles au sein de différents commerces.

Comme le rappelle The Local, si la prostitution n’est pas illégale en Espagne — contrairement au proxénétisme —, offrir des services sexuels est interdit dans certaines zones, notamment à proximité des écoles ou des centres de transports multimodaux.

En 2009, une étude réalisée par TAMPEP (le Réseau européen pour la prévention du VIH/des IST et la promotion de la santé parmi les professionnel(le)s du sexe) suggérait que les migrants représenteraient près de 90% des travailleurs de l’industrie du sexe en Espagne. De plus, 80% des personnes impliquées dans cette industrie lucrative le seraient contre leur gré. Selon les chiffres de Bureau National des Statistiques espagnol (INE), la prostitution a généré près de 3,8 milliards d’euros en 2013, soit 0,35% du PIB total du pays.

8e-etage.fr

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s