Victoire des femmes de chambre du B&B

#ConditionsDeTravail – L’exploitation ordinaire des femmes de chambre à l’ombre de l’Euro de football. 

C’était un mouvement social minuscule, à la croisée de deux actualités nationales écrasantes, l’Euro de football et la mobilisation contre la loi travail. Pourtant, les femmes de chambre employées par Propeo sur le site de la chaîne hôtelière B&B Joliette ont gagné ! 

“C’est une victoire, la totalité des heures travaillées seront comptabilisées !” 

Elles ont obtenu satisfaction au terme d’une ultime négociation de plus de 4 heures le 4 juillet. Après un premier mouvement entamé le 10 juin, elles étaient en grève depuis le 28 juin (remplacées par des intérimaires !) pour dénoncer le paiement à la tâche ainsi que les pressions de la direction dont elles ont été victimes : leur employeur et sous-traitant les payait 1,50 euro la chambre nettoyée, bien au dessous des heures effectuées..! De nationalités étrangères, il pensait ainsi pouvoir continuer à les exploiter. Sauf qu’il a sous-estimé leur ténacité. 

Photo: Benoît Gilles

Photo: Benoît Gilles

Grève payante pour les femmes de chambre du B&B

Elles sont soulagées et heureuses, fières de retrouver la dignité qu’on leur volait. Un protocole de fin de conflit actant la satisfaction des revendications principales des salariées a été signé entre l’employeur, d’une part et les femmes de chambre et les syndicats CNT Solidarité et CGT d’autre part. Le travail a donc repris dans la matinée du 5 juillet sur le site où les grévistes remercient l’ensemble des nombreux soutiens : SUD Solidaires, Nuit debout et autres venus les rejoindre sur leur piquet de grève devant l’hôtel.

Julien, pour la CNT, liste les avancées obtenues :

« Sur le temps de travail, un cahier de pointage pour un compte juste des heures travaillées sera mis en place, le temps de déshabillage et d’habillage est également compris dans les heures travaillées et l’annualisation qui était prévue est abandonnée. Les deux jours de repos consécutifs sont accordés avec un roulement. Elles auront par ailleurs le droit d’utiliser la cafétéria de l’hôtel comme lieu de pause, ne disposant pas de locaux adaptés sur le site. Et côté salaire, la qualification et la mensualisation du temps de travail ont été améliorées. Enfin, si le 13e mois a été refusé, une prime de panier sera versée. »

Simple respect du droit

Enfin, ajoute Jules pour la CGT, « il a été convenu que 10 jours sur les 17 de grève seront payés, trois autres récupérés et pour les 4 restant, la caisse de solidarité fonctionnera ».

Une belle victoire puisqu’au départ Propeo restait ferme sur tous les points de revendication, pourtant simplement liés au respect du droit. Reste à savoir si les intérimaires et salariés envoyés sur le site de la Joliette durant le conflit étaient bel et bien prévus au service avant le mouvement de grève ou s’il s’agit d’une tentative de l’employeur de briser les effets de ce mouvement sur son activité.

lamarseillaise.fr

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s