Pakistan – Qandeel Baloch, star des réseaux sociaux victime de crime d’honneur

Toute la semaine écoulée, des manifestations pacifiques ont eu lieu a Karachi pour dénoncer le crime d’honneur dont Quandrel Baloch a été victime. D’origine Pakistanaise, la jeune femme qui aimait se mettre en scène sur les réseaux sociaux, a été assassinée par son frère, pour « laver l’honneur de la famille ». Son frère a depuis été arrêté.

Si en janvier dernier, le chef du gouvernement pakistanais s’est engagé à éradiquer les crimes d’honneur, encore trop peu de familles les dénoncent de peur de s’attirer l’opprobre sur leur nom..

Entre 1200 et 1800 femmes sont tuées chaque année au Pakistan pour défendre « l’honneur familial ». D’autres sont défigurées à l’acide. Conformément à une disposition de la jurisprudence islamique, les hommes tuant des femmes peuvent échapper à toute condamnation si les proches de la victime leur « pardonnent » en échange du versement d’une somme compensatoire.

Si des associations d’aides aux femmes se créent et que des mouvements contestataires prennent de l’ampleur, une coalition de partis religieux mène une campagne pour faire annuler un texte de loi voté en février qui condamnent les violences faites aux femmes, au prétexte qu’il serait anti-islamique et qu’il porterait atteinte aux hommes.

On en est encore là, en 2016. 

1

Capture écran compte Twitter.

Une jeune Pakistanaise a été assassinée par son frèreQandeel Baloch, connue sur les réseaux sociaux pour ses selfies a été étranglée par son frère, d’après un communiqué de la police, samedi. Le mobile du meurtre serait un motif « d’honneur ». La jeune femme, une jolie brune aux lèvres pulpeuses, était souvent comparée à Kim Kardashian.

« Apparemment, il s’agit d’un cas de crime d’honneur » a indiqué Sultan Azam, un officier de police de la ville de Multan, précisant que la police avait été informée du meurtre samedi par les parents de la jeune femme. « Le frère a pris la fuite après le crime, nous faisons de notre mieux pour l’arrêter », a-t-il poursuivi. *

Critiquée dans un pays musulman très conservateur

Un autre responsable de police, Azhar Akram, a confirmé le meurtre et précisé que la jeune femme se trouvait alors en visite chez ses parents dans le village de Muzzafarabad, près de Multan, pour les fêtes de l’Eïd. « Son frère était là aussi et la famille nous a dit qu’il l’avait étranglée », a-t-il déclaré, évoquant lui aussi « un possible cas de crime d’honneur ».

Agée d’une vingtaine d’années, Qandeel Baloch ou Fouzia Ahmad de son vrai nom, était devenue célèbre au Pakistan à force d’autopromotion. Elle apparaissait régulièrement -toujours soigneusement coiffée et maquillée- dans des selfies langoureux sur les médias sociaux, et s’était assuré des dizaines de milliers d’abonnés mais aussi une aura de scandale dans ce pays musulman très conservateur.

Robe décolletée jour de Saint-Valentin

La jeune femme avait notamment défrayé la chronique le jour de la Saint-Valentin en s’affichant dans une robe pourpre décolletée, défiant ainsi ouvertement un appel du président pakistanais à la jeunesse à faire l’impasse sur cette fête « occidentale ».

Plus récemment, elle avait posé pour des selfies avec un important dignitaire religieux, le tournant en ridicule dans des clichés en minaudant, coiffée de sa toque d’astrakan. Le moufti avait par la suite été suspendu d’un comité religieux.

L’annonce de la mort de la jeune femme suscite de vives réactions sur le Web samedi au PakistanLa fille de l’ex première ministre pakistanaise assassinée Benazir Butto, a demandé l’arrestation du frère.

D’autres au contraire, saluaient l’acte de son frère comme une « bonne nouvelle » pour le Pakistan, qu’elle « couvrait de honte ».

Source : 20minutes.fr

Wasim, le frère de Qandeel Baloch qui a été arrêté au Pakistan le samedi 16 juillet 2016 après le meurtre de sa soeur pour des questions « d'honneur ». - SS MIRZA / AFP

Wasim, le frère de Qandeel Baloch qui a été arrêté au Pakistan le samedi 16 juillet 2016 après le meurtre de sa soeur pour des questions « d’honneur ». – SS MIRZA / AFP

*Le frère de Qandeel Baloch n’aura pas couru bien longtemps.

La police pakistanaise a finalement annoncé dimanche l’arrestation du frère de Qandeel Baloch. La victime, âgée d’une vingtaine d’années, dont le vrai nom est Fauzia Azeem, était aimée d’une grande partie de la jeunesse pour sa façon d’aller à l’encontre des tabous en même temps qu’elle était décriée par les conservateurs.

Il a drogué sa sœur avant de l’étrangler

« La police a arrêté samedi soir Muhammad Wasim, frère de Qandeel Baloch, pour le meurtre de sa sœur », a déclaré Azhar Akram le responsable de la police.

« Wasim a avoué son crime, déclarant qu’il avait tué sa sœur pour l’honneur après de récentes vidéos choquantes, postées pour la plupart sur Facebook », a dit le policier. Le suspect a raconté aux enquêteurs comment il avait drogué sa sœur avant de l’étrangler.

Une liberté de ton inhabituelle au Pakistan

Qandeel Baloch était suivie par des dizaines de milliers d’abonnés sur les réseaux sociaux. Elle y apparaissait régulièrement -soigneusement coiffée et maquillée- dans des poses provocatrices, parfois jugées scandaleuses par ses compatriotes les plus conservateurs.

1

Mais si ses contempteurs ne se privaient pas de la critiquer et de l’insulter en ligne, elle était aussi admirée par d’autres pour sa liberté de ton et son culot, inhabituels pour une femme dans une société très patriarcale.

2

La police avait l’ouvert l’enquête suite à une plainte déposée par le père, qui accusait son fils de l’avoir tuée « parce qu’il voulait qu’elle arrête le showbiz ». La mort de la jeune femme a suscité de vives réactions au Pakistan, où des centaines de femmes sont tuées chaque année par des proches sous prétexte qu’elles auraient bafoué « l’honneur » familial.

3

Une disposition controversée du droit islamique en vigueur au Pakistan prévoit que les hommes tuant des femmes de leur famille peuvent échapper à la condamnation si les proches leur « pardonnent » en échange du versement d’une somme compensatoire.

Source : 20minutes.fr

Via Collectif : Féministes contre le cyberharcèlement

Manifestations pacifiques ont eu lieu a Karachi pour dénoncer le crime d’honneur dont Quandrel Baloch a été victime.

Manifestations pacifiques ont eu lieu a Karachi pour dénoncer le crime d’honneur dont Quandrel Baloch a été victime.

Manifestations pacifiques ont eu lieu a Karachi pour dénoncer le crime d’honneur dont Quandrel Baloch a été victime.

17/07 – Les femmes ne sont pas dignes d’assister aux funérailles qui se déroulent entre hommes :

18/07 – Un peu de lecture, voici un article faisant le point sur les crimes d’honneur au Pakistan, leurs équivalents dans d’autres sociétés, les féminicides et leur justification légale. C’est ici sur le site >>> Féministes contre le cyberharcèlement

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s