Les bébés allaités plus riches et plus intelligents : le tweet pro-allaitement culpabilisant de l’Unicef

Campagne UNICEF – #PropagandeSexiste  #CorpsDesFemmes  #Allaitement  #Unicef 

Lisez : « L’allaitement stimule la santé d’un enfant, son QI, ses performances scolaires et son revenu à l’âge adulte » !! 

Hé l’UNICEF , vous voulez réquisitionner nos seins pour la nation ?! Gravissime !

Tremblez, femmes ! Si vous choisissez de ne pas allaiter faudra pas vous plaindre que votre enfant redouble quatre fois son CP !

Sans titre

Et moi qui croyais qu’une paire de seins était l’affaire de sa propriétaire ! Corrigeons vite cette COQUILLE :

2

Parce que jusqu’à preuve du contraire, le lait maternel c’est mes seins => mon corps => mon choix => mon affaire.

Et ce qui stimule vraiment les revenus à l’âge adulte, c’est le fait d’être né avec un pénis. Car en suivant la logique de l’UNICEF, une petite fille serait donc allaitée 27% de moins qu’un garçon « puisque c’est l’écart de revenu constaté à l’âge adulte » * 

Hey  ho, l’UNICEF ! Ce ne serait pas plutôt une histoire d’exploitation capitaliste et patriarcale au lieu du lait

Car en plus d’être est totalement loufoque, la campagne pro-allaitement de l’UNICEF, est avant tout culpabilisante pour les femmes qui ne peuvent, ni ne veulent allaiter.

« Mon corps = > mon choix », ça fonctionne AUSSI pour l’allaitement.

3

Le tweet culpabilisant de l’Unicef sur les bienfaits de l’allaitement fait polémique

ALLAITEMENT« L’allaitement stimule la santé d’un enfant, son QI, ses performances scolaires et son revenu à l’âge adulte »: en cette Semaine mondiale de l’allaitement maternel, organisée par l’Organisation mondiale de la Santé du 1er au 7 août, l’Unicef promeut les bienfaits de l’allaitement.

Mais ce tweet, posté dans la soirée du 1er août, ne plaît pas à tout le monde.

Sur le réseau social, de nombreux internautes s’insurgent en effet contre ce message, qui est jugé culpabilisant envers les femmes.

A

Les internautes n’apprécient pas non plus le message visible sur l’affiche –« L’allaitement n’est pas qu’une affaire de femmes ».

B

Bienfaits sur la santé prouvés

Contacté par Le HuffPost, l’Unicef rappelle que sa position, ainsi que celle de l’OMS, est de promouvoir l’allaitement et d’améliorer la nutrition des enfants en bas âge du monde entier. « Chaque année, 77 millions de nouveaux-nés ne sont pas mis au sein dans la première heure de leur vie et 800.000 vies pourraient être sauvées », souligne Christophe Boulierac, porte-parole de cette agence de l’ONU.

Les études portant sur les bienfaits de l’allaitement sont nombreuses. En janvier 2016, une étude réalisée à partir de données collectées dans 164 pays et publiée dans The Lancet démontrait que 823.000 décès d’enfants dans le monde pourraient être évités grâce à l’allaitement. Mais aussi qu’il existe des bienfaits pour la mère, l’allaitement réduisant les risques de développer un cancer du sein ou de l’ovaire.

En 2015, l’OMS rappelait que le lait maternel contenait des anticorps protégeant les enfants de maladies comme la pneumonie et qu’une fois adultes, les personnes ayant été allaitées souffriraient moins d’obésité, de diabète de type 2, auraient une tension artérielle plus basse. Mais aussi, que ces personnes réussiraient mieux les tests de QI que les autres.

Si les bienfaits sur la santé sont prouvés, celui sur l’intelligence est encore controversé.

Une question de choix

Quoi qu’il en soit, ce que les internautes reprochent à l’Unicef, c’est de ne pas laisser le choix aux femmes sur une question qui concerne avant tout leur propre corps, dans un pays où les conditions sanitaires sont bonnes.

« Notre position est avant tout de promouvoir l’allaitement dans les pays en crise, mais aussi dans des pays développés », poursuit Christophe Boulierac. L’Unicef est présent dans 150 pays, dont de nombreux pays en développement ou en crise, où les pratiques d’hygiène ne sont pas forcément respectées. Dans ces pays, en effet, les risques pour un nourrisson de mourir s’il n’est pas mis au sein, existent.

« Le plus important c’est la liberté de choisir », affirme le porte-parole de l’organisation. « Nous n’imposons rien, chaque femme est libre d’allaiter ou non ».

Comme le rappelle le professeur Tounian, pédiatre nutritionniste à l’hôpital Trousseau à Paris, au Figaro, « la réussite d’un allaitement dépend avant tout de l’envie de la femme (…), la culpabiliser est délétère et conduira seulement à ce que l’expérience se passe mal ».

En février 2016, plusieurs femmes dont la blogueuse et écrivaine Titiou Lecoq et l’auteure de bandes dessinées Pénélope Bagieu, publiaient une tribune dans Libération, soulignant l’importance du choix personnel quant à l’allaitement de son enfant.

« Comment peut-on mettre sur un pied d’égalité une femme qui accouche dans un pays pauvre avec un environnement insalubre et une femme d’un pays industrialisé avec un accès facile non seulement à l’eau potable mais aux soins médicaux en général? », interrogent-elles. Dans leur appel, qui a recueilli quelque 1000 signataires, elles rappellent: « L’allaitement au sein ou au biberon doit rester un choix personnel. Ce n’est pas à des acteurs privés ou publics de décider pour nous. »

Sans oublier qu’au-delà du choix, certaines femmes ne peuvent tout simplement pas allaiter, alors même qu’elles le souhaiteraient. Avoir un enfant prématuré, avoir subi une opération chirurgicale, connaître perturbation de la montée de lait à cause du stress, sont autant de raisons qui peuvent empêcher une femme d’allaiter. Dans ces conditions, les injonctions peuvent être ressenties comme encore plus culpabilisantes.

Source :  huffingtonpost.fr

 Le coup de gueule d’Osez le féminisme ! :

L’UNICEF fait des choses formidables au quotidien, pour la protection de l’enfance, partout dans le monde, et nous savons combien la protection de l’enfance est un levier pour l’égalité femmes-hommes à l’âge adulte. Nous savons aussi que dans certains pays où il n’y a pas d’accès à l’eau potable, l’allaitement est la seule solution pour assurer la survie d’un nourrisson. Mais là où nous sommes nettement moins d’accord, c’est quand l’UNICEF met en place une campagne pour l’allaitement culpabilisante, à destination des femmes qui vivent dans des pays où il est facile de se procurer de l’eau potable :
-> « l’allaitement n’est pas qu’une affaire de femme ». Et bien si ! Justement ! Quand il y a le choix entre allaitement et biberon, la seule attitude responsable à avoir est de respecter ce choix. Certaines femmes adorent allaiter, d’autres le détestent. C’est leur choix et leur choix seul !
-> sur quelle étude fiable, scientifique, rigoureuse se base l’UNICEF pour affirmer que l’allaitement améliore les performances scolaires et le revenu à l’âge adulte ? A ce compte-là, pourquoi ne pas affirmer de manière fantaisiste que les petites filles seraient en moyenne allaitées 27% de moins que les petits garçons *puisque c’est l’écart de revenu constaté à l’âge adulte ?
Bref, cessons la culpabilisation des jeunes mères, déjà suffisamment sous pression et laissons-les faire ce que bon leur semble de leurs seins !

 

Advertisements

16 réflexions sur “Les bébés allaités plus riches et plus intelligents : le tweet pro-allaitement culpabilisant de l’Unicef

  1. Pour le coup, je suis moyennement d’accord avec cet article. En lisant les arguments, je comprends que la campagne est mal pensée. Mais 1)une campagne pour l’allaitement n’est jamais de trop face à l’envahissement marketing pro-biberon. 2) l’environnement de la mère – à commencer par le père de l’enfant- a une influence notable sur la poursuite ou non de l’allaitement: encouragement ou pas, aide, mauvaises informations… 3) oui le choix est celui de la femme/du couple mais donner un information n’est pas faire culpabiliser.
    Les termes sont en effet mal choisis, mais oui le lait maternel est le meilleur aliment pour l’enfant, même en pays développés. Ne pas avoir envie d’allaiter est un choix qui ne se discute pas, l’information juste non plus.

    J'aime

      • Mais ne pensez vous pas que Nes****, G***a et cie racontent n’importe quoi avec leurs pubs ?! Choisir est un joli mot mais on est toutes influencées par des informations +/- fiables. Il est regrettable que de mauvaises informations soient véhiculées par des boîtes privées sous couvert de « liberté » de la femme. Sous couvert de faire du pognon, oui…

        J'aime

  2. En fait on ne devrait pas dire « les bébés allaités seront plus intelligents » mais « les bébés nourris aux préparations industrielles ont plus de risques de maladies/pb de dvpt des capacités cognitives ». Ca ne veut pas dire qu’un bb au bib sera *forcément* malade et un bb au sein *forcément* en bonne santé… C’est une histoire de risque et de statistiques…

    J'aime

    • On mange aussi de l’industriel et les laits maternisés sont contrôlés et de bons produits, faut arrêter. Même discours avec les vaccins ..!
      Une femme doit elle se soumettre à l’allaitement et subir une telle pression ? Est ce toujours une partie de plaisir ?
      A chacune de choisir le moment venu.

      Aimé par 1 personne

      • Une femme ne se soumet pas plus à l’allaitement qu’au calvaire de laver/ préparer/stériliser…des biberons ! C’est avoir un nourrisson qui est épuisant pas l’allaitement à lui tout seul ! Voilà le genre d’information (« l’allaitement est un esclavage ») erronée qui ne permet pas un choix éclairé !

        J'aime

        • Je l’ai vécu ainsi, avec un enfant jamais rassasié et des crevasses aux seins entre autres et un mec peinard ou frustré et jamais mobilisé (tirer le l’air impossible vu l’état des seins). J’ai choisi. J’ai testé mais je ne recommencerais pas, notamment en travaillant. Chacune est libre et l’allaitement n’est qu’un choix parmi un autre. Donc inutile de remettre une dose de pression et de culpabilisation.

          J'aime

      • Si on mange de l’industriel, on ne dit pas qu’on est « culpabilisé » pcq on nous dit que c’est mauvais pour la santé ! On le fait en connaissance de cause (et on en mourra ou pas 😉 )

        J'aime

          • Je suis vraiment étonnée que vous véhiculiez autant de clichés ! Bien manger ne coûte pas + cher que la mal bouffe, bien au contraire ! Je ne parle de manger bio en intégralité, seulement des produits frais de saison, peu transformés… Encore une fois, libre à chacun de manger ce qu’il veut, mais en connaissance de cause !!!

            J'aime

            • Pardon ? Je ne véhicule pas des clichés et je vous confie ma propre expérience qui n’est pas celle de ma voisine, qui elle, peut vivre un bel allaitement. Encore une fois, pas de pression pour un choix ni pour un autre, chacune trouvant celui qui lui convient.
              Merci de votre témoignage. Cdt.

              Aimé par 1 personne

              • « bien manger coûte cher » « allaiter est asservissant » : ce sont des clichés ! Votre expérience est vôtre et unique et je la respecte. Ce sont les idées évoquées avant que je réfute. Surtout quand vous dénoncez dans vos articles le patriarcat et le capitalisme ! La désinformation véhiculée depuis des années par les fabricants de « lait » en poudre, le manque d’information des soignants… est un exemple typique de capitalisme et de patriarcat qui dicte les choix des femmes! Encore une fois, allaiter est un choix mais qu’il soit basé sur de réelles informations !!! (Et non ça ne rend pas l’enfant plus riche, là je suis d’accord !)

                J'aime

  3. En plus c’est un couple plutôt blanc, plutôt bien habillé, bien nourri, avec un enfant de même, déjà grand d’ailleurs. Une boîte de com occidentale pour vendre l’image aux dirigeants de l’Unicef, sans étude de terrain….
    Et un homme peut aider… à stériliser les biberons. Et même à préparer du lait maternisé non industriel (lait de ferme épaissi au beurre, c’est mon expérience….). Je me rappelle du scandale N*** dans le tiers-monde, poudre de lait délayée avec de l’eau pas propre et pas d’instructions, et pas de lavage adhoc des biberons. Je suis favorable à l’allaitement au sein, mais je ne pouvais bien sûr imposer aucun choix à la mère de mes enfants, qui allaitait durant une courte période.

    J'aime

  4. Ma mère ne m’a pas allaité, et elle n’a pas allaité ma sœur non plus, car elle n’aimait pas présenter cette partie de son corps qu’elle voyait comme « sexuelle » à son enfant. C’est son corps, c’est son choix, c’est sa décision. J’ai un QI tout à fait bien (d’après les quelques tests, il est plus élevé que les personnes de mon âge), et même si j’ai quelques problèmes de santé, aucun ne pourrait être relié à l’allaitement (avoir mal au dos, c’est la faute à maman ?). Bref, lâchons la grappe aux femmes, c’est leur corps, laissons-les faire ce qu’elles veulent et arrêtons de les culpabiliser.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s