Bobigny : l’association Femmes Solidaires 93 délogée de ses locaux

La municipalité UDI de Bobigny déloge Femmes Solidaires 93 de ses locaux. Mais dans le même temps, Jean-Christophe Lagarde, patron de l’UDI soutient Jacqueline Sauvage ! Cela donne une idée de la valeur des engagements d’hommes politiques..

Fabienne Tessier, Présidente de l’association ne compte pas en rester là et lance un appel à soutien pour préparer la résistance :

« Fin mai, nous avons reçu un courrier laconique nous demandons de quitter nos locaux avant le 15 septembre. Nous sommes tombées des nues : nous n’avons reçu aucune explication ni avant, ni après, et aucune solution de relogement (…) Nous ne partirons pas comme ça ! »

Qui se soucie encore des droits des femmes dans ce pays ?!

De plus en plus, les espaces culturels, les locaux féministes ou syndicaux… sont repris par les municipalités car pas assez lucratifs, pour céder la place à des programmes immobiliers. Comment faire taire la culture, le droit des femmes et des salariéEs, sinon en les expulsant de leurs espaces qu’ils ne peuvent évidement pas racheter ?!

Pour faire venir les actionnaires et autres promoteurs dans cette municipalité, je crois qu’un bon coup de pub s’impose !

Bobigny. L’association Femmes solidaires 93 avait installé son siège départemental en 2001 avenue Paul-Vaillant-Couturier. () Google Street View.

Bobigny. L’association Femmes solidaires 93 avait installé son siège départemental en 2001 avenue Paul-Vaillant-Couturier. () Google Street View.

« La mairie de Bobigny ne veut pas d’association pour les droits des femmes dans sa ville » , titre l’association Femmes Solidaires 93 dans une lettre ouverte qu’elle vient de rédiger. « Fin mai, nous avons reçu un courrier laconique nous demandons de quitter nos locaux avant le 15 septembre, dénonce sa présidente, Fabienne TessierNous sommes tombées des nues : nous n’avons reçu aucune explication ni avant, ni après, et aucune solution de relogement. » Elle a décidé de lancer un appel à soutien et… prépare la résistance. « Nous ne partirons pas comme ça ! », prévient-elle.

Femmes Solidaires est une association nationale, créée en 1944 à l’initiative du Parti communiste, pour défendre les droits des femmes. Elle se décline en sections départementales et comités locaux. Dans le 93, elle a installé son siège à Bobigny en 1988 « et ne compte pas quitter la ville-préfecture. »

Fabienne Tessier, Présidente de Femmes Solidaires 93.

Fabienne Tessier, Présidente de Femmes Solidaires 93.

La mairie UDI veut privilégier d’autres associations

L’ancienne mairie PC lui avait accordé, en 2001, 100 m2 sur l’avenue Paul-Vaillant-Couturier.

« Un grand espace peu utilisé, estime la nouvelle municipalité UDI. C’est injuste pour les autres associations dans un contexte où nous recevons chaque année une cinquantaine de demandes de locaux associatifs. » Elle poursuit : « Femmes Solidaires n’ouvre que deux demi-journées par semaine au public, nous privilégions les associations qui reçoivent davantage de bénéficiaires. Et pour les réunions qui s’y déroulent, l’association pourra utiliser les salles municipales. »

L’expulsion est tout à fait légale mais Femmes Solidaires 93 dénonce « la méthode ». « J’entends parfaitement que les locaux sont trop grands, continue Fabienne Tessier.

Nous pourrions les mutualiser avec d’autres structures ou déménager pour plus petit mais nous n’avons même pas pu en discuter avec la mairie ! Elle n’a pas cherché à nous rencontrer et de notre côté, j’ai sollicité un rendez-vous, en vain. »

Elle précise aussi que les locaux sont occupés toute la semaine.

« Il y en effet les deux permanences tenues par des bénévoles mais nous avons aussi une salariée qui travaille à temps plein, des formations, des réunions, c’est un lieu qui nous permet de faire le lien entre les différents comités locaux et la structure nationale pour décider des actions à mener pour les droits des femmes en Seine-Saint-Denis. »

Femmes Solidaires 93 est, notamment, un acteur important dans la lutte contre les violences faites aux femmes dans le département. Elle est aussi présente dans les écoles en faveur d’une éducation non sexiste et auprès des femmes étrangères.

« Cette décision compromet l’avenir d’une association devenue indispensable », dénonce la mairie PC d’Aubervilliers qui est montée au créneau, comme les autres municipalités communistes de Stains, La Courneuve ou Saint-Denis.

 Source : leparisien.fr

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s