Guinée – Une fillette meurt dans un camp d’excision à Koropara

A chaque acte de violence sexiste, on croit avoir touché le fond mais elles n’ont pas de limites. Dans un camp d’excision au sud de la Guinée, précisément à Kporopara (N’Zérékoré), une écolière de 10 ans est décédée le 14 août suite à l’excision !

Malgré la campagne « Vacances sans excision » lancée le 5 août par le gouvernement guinéenIl existe des endroits spécialisés dans les MGF de masses, nommés « camps d’excision », où l’on enferme des fillettes, des jeunes filles.. pour organiser de la torture en grand nombre ! L’horreur !

La ministre de l’Action Sociale, Sanaka Kaba, a fait une déclaration dans laquelle elle condamne fermement cet acte en appelant les leaders religieux, les parents d’élèves, les guinéens en général.. à « conjuguer leurs efforts pour mettre fin à cette pratique »

« Je réitère l’engagement du Gouvernement à œuvrer sans relâche dans la lutte contre cette pratique ignoble et à traduire en justice les auteurs et complices de cet acte injustifiéEnsemble, Mobilisons nos efforts pour sauver les filles et femmes de l’excision ! »

En-France-aussi-l-excision-est-une-realite

Binta Diallo et Anita Traoré, deux jeunes Françaises d’origine guinéenne, militent pour que l’on parle de l’excision à l’école, pour briser le tabou et ainsi anéantir cette pratique qui touche encore 53.000 femmes et filles en France. DR

Guinée-Conakry : Une fillette, à peine âgée de 10 ans, est décédée dans un camp d’excision dans le district de Makpozou Centre dans la sous-préfecture de Kporopara dans la  préfecture de N’Zérékoré où la Justice est déjà saisie du dossier, a-t-on appris de bonnes sources.

La fillette, en classe de 3ème année de l’Ecole primaire, n’a pas survécu à l’opération d’excision, le 14 août dernier ! Le grand émoi dans la capitale de la région forestière a poussé la direction préfectorale des Affaires sociales à introduire une plainte au près de la Justice à N’Zérékoré pour des fins d’enquête, afin que cette affaire soit tirée au clair, nous apprend-on.

Le 5 août dernier, le gouvernement guinéen a lancé une vaste campagne dénommée « Vacances sans excision » pour éviter que des fillettes passent devant les couteaux de vieilles exciseuses. Hélàs !

Informée de cette situation dramatique, la ministre de l’Action Sociale, Sanaka Kaba, a fait une déclaration (ci-dessous) dans laquelle elle condamne fermement cet acte et tient à présenter les condoléances du gouvernement à la famille éplorée.

Dans le même ordre d’idées, Mme Sanaba Kaba appelle les leaders religieux, les parents d’élèves, bref les guinéens en général à « conjuguer leurs efforts pour mettre fin à cette pratique ».

Après la Somalie, la Guinée est le deuxième pays où le taux de la  pratique de l’excision est le plus élevé (EDS 2012).

L’an passé, dans une sous-préfecture de Guéckédou, une fillette âgée de 2 ans, a aussi trouvée la mort après l’opération d’excision.

De véritables graines à moudre pour les Autorités guinéennes.

Source : guineetime.com

sanaba

Chers compatriotes,

Braves femmes de Guinée,

Conformément aux orientations et à la volonté de Son Excellence Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat, le Professeur ALPHA CONDE, le 5 août dernier, sous la présidence de Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, mon département a initié une vaste campagne d’éducation de sensibilisation et d’information auprès des communautés dénommée «vacances scolaires sans excision ».

Malgré cette volonté affichée du Gouvernement et de ses partenaires au développement, il est survenu le 14 août 2016, dans un camp d’excision des jeunes filles, dans le district de Makpozou centre, sous-préfecture de Koropara, préfecture de N’zérékoré, le décès d’une fille de 10 ans, élève de la 3ème année à l’école primaire de Makpozou, suite à l’excision.

Cet événement malheureux vient allonger la liste des nombreuses filles victimes d’excision et de viols dans notre pays.

Au nom du Gouvernement, j’adresse les condoléances les plus émues à la famille de la défunte et à celles riveraines.

A l’ensemble des communautés où cette pratique est encore hélas entretenue, particulièrement en période de vacances scolaires, une invite est faite à la retenue et à la prise de conscience pour arrêter de sacrifier les filles dont la promotion à travers l’école, devient un impératif pour le développement durable à l’horizon 2030.

Je lance une fois de plus un appel aux parents aux autorités à tous les niveaux et aux leaders religieux sur la nécessité de conjuguer les efforts pour mettre fin à cette pratique néfaste.

Pour terminer, je réitère l’engagement du Gouvernement à œuvrer sans relâche dans la lutte contre cette pratique ignoble et à traduire en justice les auteurs et complices de cet acte injustifié.

Ensemble, Mobilisons nos efforts pour sauver les filles et femmes de l’excision !

Sanaba Kaba

Ministre de l’Action Sociale, de la Promotion Féminine et de l’Enfance

Transmis par la Cellule de Communication du Gouvernement

Source : mosaiqueguinee.com

Publicités

Une réflexion sur “Guinée – Une fillette meurt dans un camp d’excision à Koropara

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s