Sur la parité au Parlement, la France ne fait pas mieux que l’Irak ou le Soudan du Sud

#Parité – La France se place à la  60ème position sur 191 au classement international.

Il y a plus de 33 ans, dans une interview au journal Le Monde daté du 11 mars 1983, Françoise Giroud disait, non sans intention provocatrice :  

« La femme serait vraiment l’égale de l’homme le jour où, à un poste important, on désignerait une femme incompétente. »

url-3-252x300J’aime à renvoyer cette citation savamment tournée à tous ceux et toutes celles que j’entends dire, au sujet d’une femme d’influence qui irrite ou déçoit, que « franchement, des femmes, si c’est pour en avoir des comme ça, autant s’en passer » .

Je l’adresse aussi volontiers à tous ceux et toutes celles qui se plaignent de « femmes pires que les mecs«   dans l’entreprise ou dans la sphère politique.

Je persiste à trouver cette sortie de Giroud hautement pertinente.

Je la trouve même plus utile que jamais, aujourd’hui qu’on met en place des actions volontaires pour imposer la présence de femmes dans les instances de décision des entreprises et pour réussir la parité en politique. A l’heure où face à l’échec des démarches incitatives en faveur de l’égalité (ou sinon à leur échec à la lenteur de leur mise en oeuvre concrète et mesurable), on prend le parti de la contrainte pour avancer enfin et obtenir des résultats, en fixant la règle et en sanctionnant sa transgression.

En France, où l’on n’a que la chimère du mérite républicain à la bouche, on aime à réduire de telles mesures sous le vocable suspicieux de « quotas », que l’on dénigre à grands renforts de fantasmes sur la discrimination positive (« Berk! C’est du sexisme à l’envers! ») et de discours outragés sur nos spécificités culturelles (« Pouark ! ça vient des states, comme la malbouffe ! On n’aime pas ça chez nous !« ).

Ce qui semble inquiéter aussi, c’est qu’on veuille « des femmes pour des femmes« , comme de l’art pour l’art, et que leurs mérites et leurs qualités passent après leur identité de genre quand on décide de leur confier des responsabilités.

Trente trois ans après, les femmes font encore tout pour prouver qu’elles sont mieux que compétentes

Les femmes ont parfaitement intégré cette exigence supérieure de prouver qu’elles valent le coup, qu’on ne regrettera pas de leur avoir fait confiance.

Alors, quand elles osent faire carrière pour accéder aux plus hauts postes, elles se transforment volontiers en superwomen, brutes de travail multitâches et inépuisables, soucieuses de ne jamais trébucher, ne s’autorisant jamais le moment de faiblesse et se le pardonnant peu quand néanmoins il survient.

Elles reçoivent souvent pour salaire de cette peine d’infaillibilité, des jugements de sévérité : on les dit « dures« , on traque leurs réflexes d’autorité exagérée (« Non, mais t’as vu comme elle parle? Elle fait sa commandante » ), on déconsidère leur personnalité (« Est-elle vraiment équilibrée?« , « C’est un bulldozer« , « Elle se la pète, non? » ) et on fait des supputations sur leur vie privée (« Elle pense qu’au boulot, elle a pas de vie« , « J’voudrais pas être son mari ou ses gosses« , « Elle est lesbienne, non? Ou alors, refoulée! » ).

Trente trois ans après, on demande encore aux femmes de rester « féminines » en toutes circonstances.

Au fond la question que l’on pose sans la poser, c’est : sont-elles encore des femmes? Car si elles l’étaient vraiment, ne devraient-elles pas apporter « autre chose » que les hommes aux sphères du pouvoir ? Mais quel est cet « autre chose » dont leur revient la charge? De la douceur? De l’esprit de conciliation ? De la sensibilité? De l’humilité? Du « care »? Bref, de la fé-mi-ni-té! Avec les ongles faits, s’il vous plait.

Au passage, ce serait bien qu’elles portent toutes les questions d’égalité justement (« C’est un peu des questions de gonzesse, quoi!« ), qu’elles soient exemplairement sympas avec les autres femmes (« Parce qu’attention, en général, elles sont terriiiibles, les femmes entre elles« ) et pas trop castratrices avec les hommes (« Cherche pas, pour arriver là, elle a du en baver, elle a des comptes à régler avec les mecs« ).

Trente trois ans après, Françoise Giroud a toujours raison.

Eh bien non, les femmes ne sont pas là pour incarner partout où elles vont et dans tout ce qu’elles font la féminité telle que la perception stéréotypée de leur genre le suppose. Non, elles ne sont pas là pour exercer le pouvoir autrement ni pour transformer toutes seules les organisations et combattre les discriminations et le sexisme, ce qui est aussi l’affaire des hommes, l’affaire de tous, en somme.

Non, elles n’ont pas à être meilleures que les hommes pour accéder aux mêmes responsabilités qu’eux.

Non, elles ne sont pas obligées d’être parfaites en toute heure et en tout lieu pour se faire pardonner d’avoir de l’ambition.

Oui, elles ont le droit d’avoir, comme les hommes, parfois des carences et de faire occasionnellement des erreurs.

Oui, placer quelqu’un à une fonction élevée, c’est toujours prendre un risque, celui que cette personne ne soit pas à la hauteur, qu’elle ne soit pas à sa place, qu’elle ne réussisse pas la mission.

Ce risque est le même que l’on mise sur le potentiel d’un homme ou d’une femme au moment de sa nomination. L’échec n’est pas plus signifiant si c’est celui d’un homme ou celui d’une femme. L’échec d’une femme dans une situation donnée ne met pas en cause sa capacité à réussir dans d’autres situations. L’échec d’une femme en particulier ne met pas en cause la capacité des autres femmes à réussir. C’est cela que disait il y a 33 ans Françoise Giroud et qu’il faut encore faire l’effort d’entendre et de comprendre aujourd’hui.

L’égalité d’accès des femmes et des hommes aux responsabilités et aux instances de décision est une question de principe. La conditionner à des exigences de compétence supérieures pour un genre est fondamentalement injuste. C’est aussi profondément stupide et arriéré, car c’est décourager des personnes de talent et se priver d’énergies dont on a un besoin crucial pour renouer avec la performance et le progrès.

A lire utilement : les compte-rendus des travaux de recherche récents de Sarah Saint-Michel, auteure d’une thèse intitulée « L’impact du genre sur les traits de personnalité des leaders et les effets sur leur style de leadership »francetvinfo.fr

Sur la parité au Parlement, la France ne fait pas mieux que l'Irak ou le Soudan du Sud / AFP PHOTO / FRANCOIS GUILLOT

Sur la parité au Parlement, la France ne fait pas mieux que l’Irak ou le Soudan du Sud / AFP PHOTO / FRANCOIS GUILLOT

PARITÉ – Le Haut conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes (HCE) s’inquiète ce jeudi 25 août de la rétrogradation de la France dans le classement international de la parité dans la chambre basse du Parlement, en l’occurrence l’Assemblée nationale.

A la veille des universités d’été des partis politiques, la nouvelle édition du guide de la parité du HCE montre que la France, avec 26,2% de femmes élues à l’Assemblée, se classe 60e au classement international établi par l’Union interparlementaire en juin 2016, sur 191 pays, alors qu’elle était 36e quatre ans plus tôt.

Sans titre

Consultez l’édition 2016 du Guide de la Parité ici

Cette chute est due au fait que « les autres pays progressent plus vite que la France », explique le HCE dans un communiqué, exprimant ses inquiétudes « alors que se jouent déjà les investitures pour les élections législatives de 2017 ».

Le Rwanda se classe 1er avec 63,8% de femmes, Cuba 3e avec 48,9%, la France étant également devancée par l’Espagne, l’Allemagne, le Portugal ou encore le Royaume-Uni.

L’Irak, le Soudan du Sud ou le Pérou ont comme la France autour de 26% de femmes dans la chambre unique ou chambre basse du Parlement, selon ce classement. Avec 19,4% de femmes, les Etats-Unis se classent à une piteuse 96e place.

Hausse des sanctions contre les partis

La loi d’août 2014 sur l’égalité femmes/hommes prévoit, à partir des législatives de 2017, le doublement des sanctions financières imposées aux partis politiques qui ne présentent pas un nombre égal de femmes et d’hommes candidats, rappelle le HCE.

Il appelle les formations politiques « non seulement à présenter au moins 50% de femmes candidates, mais aussi et surtout à veiller à ne pas réserver aux hommes davantage qu’aux femmes les circonscriptions réputées ‘gagnables' ».

Source : huffingtonpost.fr

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s