Violences sexuelles : le prix Rafto décerné à l’irakienne Yanar Mohammed

 

Yanar Mohammed, cofondatrice et présidente de l’Organisation pour la liberté des femmes en Irak (OLFI/OWFI), a reçu ce jeudi le prix Rafto.  

Yanar Mohammed écrivait en 2014, avant la série d’attentats sur nos sols européens et la prise de conscience du danger que représentait l’Etat islamique (Daesh-EI), ici comme ailleurs : 

« la culture cruelle, misogyne et rétrograde de l’EI a créé un règne de terreur dans le nord et l’est de l’Irak. Des jeunes femmes sont enlevées pour servir d’esclaves sexuelles, des hommes sont assassinés, des veuves et des enfants fuient sans rien pour trouver la sécurité. Récemment, l’EI a expulsé tous les chrétiens de Mossoul (…). Malheureusement, la culture violente de l’EI a amené à une culture militariste tout aussi violente et répressive dans le centre de l’Irak. (…) Récemment, les milices Assayeb Al Haq ont attaqué un bâtiment dans le complexe Zayouna de Bagdad parce qu’on y trouvait un bordel – des fonctionnaires du ministère de l’intérieur ont été identifiés parmi les attaquants – et ont commis un massacre de 28 jeunes femmes et de trois homosexuels. »

L’OLFI, qui mène depuis 2003 la lutte féministe en Irak, défend la pleine égalité hommes-femmes et la laïcité, lutte contre l’islamisme et l’occupation américaine.

Ce prix norvégien est décerné chaque année par la Fondation Rafto pour les droits humains (en mémoire de l’activiste norvégien des droits de humains, Thorolf Rafto).

0

Le prix Rafto des droits de l’homme, distinction norvégienne, a été attribué jeudi à l’Irakienne Yanar Mohammed « pour son travail en faveur des femmes et des minorités dans l’Irak en guerre », a annoncé la fondation qui décerne la récompense.

Chercheuse, journaliste et féministe militant pour les principes démocratiques et les droits humains, Yanar Mohammed, 55 ans, est cofondatrice et présidente de l’Organisation pour la liberté des femmes en Irak, qui offre une protection aux victimes féminines des violences.

« Les violences sexuelles font souvent partie des plans de bataille et l’Irak est seulement un endroit parmi tant d’autres où les droits des femmes sont sacrifiés au profit d’objectifs politiques et militaires », a expliqué la Fondation Rafto.

En Irak, « il y a eu une augmentation considérable des mauvais traitements et des violences à l’égard des femmes, y compris des viols, des enlèvements à des fins de prostitution et des crimes d’honneur », a-t-elle ajouté.

Les violations des droits de l’Homme, a-t-elle noté, ne sont pas le fait de le la seule organisation État islamique (EI) mais aussi des autorités irakiennes et de groupes soutenus par la communauté internationale.

Le prix Rafto, du nom de l’histoire et militant des droits de l’homme norvégien Thorolf Rafto, compte parmi ses anciens lauréats quatre personnalités (Aung San Suu Kyi, José Ramos-Horta, Kim Dae-Jung et Shirin Ebadi) qui ont ensuite remporté le prix Nobel de la paix, également décerné en Norvège.

Le nom du vainqueur du prix Nobel de la paix sera quant à lui annoncé le 7 octobre.

Source : lorientlejour.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s